12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux 5 mai : Bretagne. Les phares d’Iroise classés Monuments historiques 4 mai : Morbihan. 1,2 million de naissains de Saint-Jacques déversés en mer 30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé
Accueil > Actualités de la mer > C-Sense. La jauge de carburant connectée

C-Sense. La jauge de carburant connectée

Dernière mise à jour le vendredi 24 juin 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 23 Juin 2016
Visualiser l’article original


Alors que ses unités sont en pleine mer, un armateur peut connaître en temps réel leur consommation de gazole. Cette innovation de la société C-Sense, de Quimperlé, vient d’être primée au salon maritime de Southampton.

Avec l’intégration, il y a trois ans, de la société C-Sense, spécialisée dans le secteur maritime, Seasidetech, basée à Quimperlé (29), a développé son activité d’électronique embarquée en direction des équipements maritimes.
Prix innovation

C-Sense a ainsi mis au point un système de débitmètre intelligent Éco-pilot qui vient d’obtenir le prix de l’innovation dans la catégorie électronique du salon Seawork de Southampton.

L’enjeu était de permettre aux armateurs de disposer en temps réel des données de consommation de leurs bateaux. Remorqueurs, bateaux de travail, ou les deux derniers thoniers réalisés par les chantiers Piriou à Concarneau (29) disposent désormais de ces « jauges connectées ».

Une année de travail a été nécessaire pour développer puis mettre au point ces outils qui doivent s’adapter à tous les types de motorisation. Il leur est aussi demandé de stocker les données en cas de défection des réseaux de transmission, pour les diffuser plus tard, de manière sécurisée, au destinataire et à lui seul, lorsque la connexion est rétablie.

« Le système est précis à 2 ou 3 % », souligne Samuel Cornu, patron de Seasidetech. Parmi les clients déjà équipés, il mentionne les remorqueurs Beluga de Marseille ou encore la direction générale des Armements pour ses bateaux multifonctions.

Le système a été décliné en une version mobile contenue dans une malette. « Elle s’installe en un quart d’heure » et permet notamment de vérifier qu’un navire en cours de finition répond bien au cahier des charges en termes de consommation.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP