20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > CAMPAGNE DANS L’OCÉAN INDIEN : Greenpeace dénonce le transbordement en (...)

CAMPAGNE DANS L’OCÉAN INDIEN : Greenpeace dénonce le transbordement en mer

Dernière mise à jour le mardi 7 mai 2013

Article paru
sur le site "Le Mauricien" - 04 Mai 2013
Visualiser l’article original


Les militants du mouvement international Greenpeace sont retournés à Maurice après la manifestation qu’ils ont tenue contre le senneur sud-coréen dans la rade le 21 avril dernier. À quelques jours de l’ouverture de la conférence de l’Indian Ocean Tuna Commission (OITC), ils veulent alerter sur des pratiques douteuses dans la zone. Ils attirent ainsi l’attention sur le transbordement en mer qui a permis au Premier, suspecté de pêche illégale, de se débarrasser de sa cargaison. Par ailleurs, Greenpeace dit avoir été témoin de pêche illégale par des palangriers sri-lankais dans l’aire marine protégée des Chagos.
L’Esperanza, bateau de Greenpeace en campagne dans l’océan Indien, est de retour à Port-Louis, après avoir surveillé de près les mouvements du senneur sud-coréen Premier. Celui-ci, accusé de pêche illégale, n’a pu débarquer sa cargaison à Maurice comme prévu, après que le mouvement international eut alerté l’opinion publique sur la question.
En revanche, le Premier a pu réaliser cette opération à 500 miles nautiques au nord de Maurice hier, grâce à un transbordement en mer. « Le Tuna Queen, reefer battant pavillon panaméen appartenant à la Wang Tat Corporation Private Limited, a pris la cargaison, en direction du marché asiatique », révèle François Chartier, Ocean Campaigner sur l’Esperanza.
Selon les renseignements glanés par Greenpeace dans la région, une telle pratique serait courante. Des capitaines de bateau ont laissé entendre qu’il y a chaque jour un bateau en attente de transbordement. Même si une telle pratique n’est pas illégale, selon les lois du pays, Greenpeace fait ressortir qu’elle laisse place au doute. « Dans de telles conditions, il est difficile de contrôler la pêche illégale et cela pose également un problème de traçabilité. »
Les militants de Greenpeace comptent évoquer la question avec le ministre de la Pêche Nicolas Von Mally. De son côté, Sari Tolvanen, qui assistera à la conférence de l’IOTC, compte demander aux États membres d’interdire le transbordement en mer.
Par ailleurs, au cours de la campagne dans l’océan Indien, Greenpeace dit avoir été témoin de cas de pêche illégale dans l’aire marine protégée des Chagos. « Nous avons surpris huit palagriers sri-lankais dans les eaux protégées des Chagos. Nous avons alerté les autorités britanniques et mauriciennes, mais à ce jour, il n’y a eu aucune retombée. »
Selon Oliver Knowles, ce n’est pas la première fois que de telles activités sont observées dans la zone protégée des Chagos. « Lors de notre récente campagne à bord du Rainbow Warrior, nous avons croisé plusieurs bateaux soupçonnés de pêche illégale, dont cinq venant du Sri Lanka. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP