29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Cancale, capitale des huîtres plates, veut sauver son emblème

Cancale, capitale des huîtres plates, veut sauver son emblème

Dernière mise à jour le vendredi 13 mai 2016

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 12 Mai 2016
Visualiser l’article original


Le petit port breton de Cancale produit 90% des huîtres plates françaises. Le secteur est en difficulté. Un dispositif d’aide vient d’être validé.

Pendant longtemps, Cancale (Ille-et-Vilaine) a été la capitale des huîtres plates. Le petit port breton de la côte d’Emeraude veut aujourd’hui sauver son emblème d’autant qu’il assure aujourd’hui la quasi-totalité de la production française..
Depuis 2012, une menace pèse sur la production des huîtres plates, appelées aussi belons. « Nous sommes passés de 1 600 tonnes à 400 tonnes », s’inquiète Marcel Le Moal, ostréiculteur et premier adjoint de la commune.

En cause : le manque de jeunes huîtres. Les captages de naissains, réalisés à Brest ou en baie de Quiberon, n’ont pas été fructueux durant 4 ans. « Plusieurs facteurs peuvent jouer, la température de l’eau, la salinité, les courants. »
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP