13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Caseyeurs bretons. Les Africains à la rescousse

Caseyeurs bretons. Les Africains à la rescousse

Dernière mise à jour le lundi 16 mai 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 Mai 2016
Visualiser l’article original


Confrontés à une pénurie de main-d’oeuvre, les caseyeurs du Nord-Finistère ont trouvé une alternative : le recours à des marins africains.

Il s’appelle Manga Carvalho, il a 44 ans et vit à Saint-Brieuc. Sous le soleil radieux qui inondait Roscoff, hier après-midi, le quadragénaire africain, originaire de Guinée-Bissau, pays frontalier du Sénégal, a embarqué à bord du Introun Varia an esperans. Non pas pour faire du tourisme mais bien pour travailler comme marin sur ce caseyeur, le plus ancien de la flotte roscovite. « Ce n’est pas un métier facile. Mais le plus important, c’est de travailler », raconte Manga Carvalho, arrivé en Europe en 1995. Au Portugal d’abord, où il a exercé sur un palangrier. Puis en Espagne, où il a longtemps été marin sur des chalutiers. « Mais là-bas, il n’y a plus de travail », lâche celui qui a débarqué en France « par des connaissances ».
« Je suis bien content qu’ils soient là »

« Je suis bien content qu’ils soient là », confie le patron roscovite Ronan Nicolas, en faisant allusion également à un autre marin, prénommé Faye et sénégalais celui-là, attendu un peu plus tard dans la soirée. « Sans eux, le bateau restait à quai », assure le pêcheur, qui a besoin de cinq hommes à ses côtés pour partir en campagne dix jours. Or, depuis cinq à six ans, le recrutement local est devenu très compliqué pour les patrons des caseyeurs nord-finistériens, dont l’activité correspond à 70 % de la production nationale en tourteaux. Et pourtant, paradoxalement, les écoles de pêche sont pleines...
« Il faut avoir le courage et l’envie de se faire mal »

« Sauf qu’aujourd’hui, les jeunes veulent tout de suite se tourner vers la petite pêche côtière pour avoir leurs week-ends à la maison. Plus personne ne veut aller au large », soupire Jean-Jacques Tanguy, le président du comité des pêches du Finistère. « Je persiste à penser que le métier de caseyeur a de l’avenir. La ressource est là. Et on est dans le créneau de la pêche durable. Seulement, il faut avoir le courage et l’envie de se faire mal au large plutôt que de se retrouver surbookés dans la bande des 12 milles où les pêcheurs se marchent sur les pieds », relate Jean-Jacques Tanguy, qui évoque « un salaire pas ridicule du tout, avec une rémunération à la part qui dépend du prix du gasoil et de la quantité de la pêche ».
« Il bosse, il est gentil et il s’intègre bien »

« On assure un fixe minimum de 80 € par jour à chaque marin, mais ça monte toujours plus haut », précise Yannick Calvez, patron du Kreiz ar Mor et vice-président du comité des pêches du Finistère. En indiquant que la pêche n’a pas atteint des sommets l’an passé. Conséquence, « certains ne sont pas revenus », regrette le patron, qui a embauché un marin sénégalais il y a quelques semaines. « Ça s’est fait un peu par hasard », raconte Yannick Calvez, enchanté par cette première expérience. « Il bosse, il est gentil, il s’intègre bien, il n’y a rien à dire », expose celui qui a repris la mer, hier, depuis Douarnenez, direction le golfe de Gascogne. Avec, cette fois, deux Sénégalais à bord.
« Je préfère ça que des bateaux bloqués à quai »

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP