15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Casiers-filets. La bonne pêche des Affaires maritimes

Casiers-filets. La bonne pêche des Affaires maritimes

Dernière mise à jour le lundi 30 mai 2016


L’endroit est tenu secret, au port de commerce. Les Affaires maritimes y entreposent les casiers et filets ayant fait l’objet d’une saisie en mer. Les engins de pêche mal ou pas identifiés et le matériel non conforme ou dépassant le nombre autorisé sont voués à la destruction.

Véritable trésor endormi, l’endroit est clôturé et fermé à double tour. L’administration y conserve les engins de pêche non réglementaires. Nombreux sont les pêcheurs plaisanciers qui ne retrouvent plus leur casier ou filet préféré en mer. Victimes de vols entre eux, ils font en réalité, le plus souvent, les frais de l’administration qui retire régulièrement en mer le matériel inapproprié.
Deux à trois sorties par semaine

La plupart du temps, ces engins de pêche ne font l’objet d’aucune identification permettant de remonter jusqu’au propriétaire. Parfois les bouées reprennent des immatriculations factices ou volontairement truquées pour tenter d’échapper aux procès-verbaux et procédures qui peuvent coûter jusqu’à 1.500 € d’amende. Souvent, on « oublie » de rafraîchir l’immatriculation qui a tendance à s’effacer avec le temps.

Au cours de ses patrouilles en mer, l’Unité littorale des Affaires maritimes de Brest (Ulam) contrôle deux à trois secteurs par semaine sur leur zone de compétence. Un immense terrain de pêche qui s’étend des Tas de Pois, en presqu’île de Crozon, à la rade de Brest, et jusqu’à Locquirec, en bordure des Côtes-d’Armor.

S’ils ne sont que six pour couvrir ce large et complexe territoire littoral, ils peuvent compter sur le concours des gendarmes maritimes et de leurs collègues de la brigade nautique.
Pas de zone blanche

Mais dans quel secteur orienter les contrôles ? « Nous essayons de couvrir le plus régulièrement l’ensemble de la zone, pour rappeler aux usagers qu’il n’y a pas d’endroit où l’on peut pêcher n’importe comment », résume le chef de l’unité brestoise des Affaires maritimes, Frédéric Le Meil.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP