20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Causes de stress chez les abeilles : l’Efsa pointe les lacunes (...)

Causes de stress chez les abeilles : l’Efsa pointe les lacunes scientifiques

Dernière mise à jour le mardi 18 mars 2014

Article paru
sur le site "Actu-environnement" - 17 mars 2014
Visualiser l’article original


L’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié le 13 mars un rapport présentant les conclusions des travaux d’évaluation des risques pour les abeilles menés dans l’Union européenne. Le but du rapport, rédigé en coopération avec la Commission européenne et certains États membres, est de mettre en lumière "les lacunes" observées dans les connaissances disponibles actuellement. Il vise à développer, à l’échelle de l’UE, un "programme harmonisé" d’évaluation des risques environnementaux pour les abeilles associés aux "multiples facteurs de stress" chez l’espèce : parasites, maladies, malnutrition et effets de certains produits chimiques tels que les pesticides ou médicaments vétérinaires.

Le groupe de travail de l’Efsa a analysé 220 projets de recherche sur la santé des abeilles en cours dans l’UE, en 2012 et 2013. Il a également étudié 33 recherches supplémentaires "traitant d’aspects généraux relatifs à l’abeille", menées par des organisations internationales.

"Notre analyse révèle que la santé des abeilles fait l’objet de nombreuses recherches en Europe, mais qu’elles ne sont pas toujours bien équilibrées entre les différentes disciplines et que des duplications existent", a indiqué le Dr Agnès Rortais, biologiste et scientifique spécialiste des abeilles à l’Efsa.

Les projets de recherche financés par la Commission européenne portant sur les traitements des ruches et sur l’exposition des abeilles aux produits chimiques "ne sont pas représentés ou sont absents", indique l’Efsa. De même, les études coordonnées par les Etats membres sur la diversité des abeilles pollinisatrices "sont rares".

L’Efsa pointe une pénurie de travaux sur les abeilles autres que les abeilles mellifères et, "même pour ces dernières, les études se concentrent uniquement sur quelques sous-espèces, alors qu’il existe une grande diversité, avec des adaptations locales en Europe", précise le Dr Rortais. Les recherches manquent aussi en ce qui concerne les problèmes de reproduction des reines et des abeilles mâles, observés par les apiculteurs.

Développer une méthodologie d’évaluation

Que ce soit au niveau de la Commission et des Etats membres, le nombre de projets portant sur l’évaluation des facteurs multiples de stress chez les abeilles est également "faible", ajoute l’Efsa. "Or, nous savons que dans leur milieu naturel, les abeilles sont confrontées à toute une série de facteurs de stress. Il nous faut donc améliorer d’urgence notre compréhension de la manière dont ces facteurs se combinent et interagissent", a prévenu le Dr Rortais en appelant à une coopération renforcée des agences de l’UE, des Etats membres et des chercheurs sur cette question.

Les projets de recherche de l’Efsa ont principalement porté sur l’évaluation des risques des pesticides sur les abeilles. "Notre analyse nous a appris que, par rapport à l’Efsa, les Etats membres et la Commission européenne se sont davantage investis dans des travaux de recherche sur les effets des facteurs de stress biologiques sur les abeilles, tandis qu’en ce qui concerne les facteurs de stress chimiques, les rôles sont inversés. Il est donc judicieux de combiner nos domaines respectifs d’expertise, car nous cherchons à développer une méthode permettant d’évaluer les effets combinés de ces facteurs de stress", préconise le Dr Rortais.

Un groupe de travail spécialisé, récemment créé par l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses), est chargé de procéder à un examen de la littérature scientifique portant sur les interactions entre ces différents facteurs de stress.

L’Efsa recommande également "la création d’une banque de données centralisée et libre d’accès, qui recenserait les informations et les méthodes pouvant être utilisées pour évaluer les risques de facteurs de stress individuels et multiples". Renforcer l’évaluation des effets chroniques des doses sublétales de pesticides "dans des conditions de terrain" est également préconisé.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP