24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Dernière mise à jour le vendredi 20 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Juin 2014
Visualiser l’article original



Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution
18 juin 2014 à 07h17 / Stéphane Jézéquel /

Créé dans l’émotion de la marée noire de l’Amoco Cadiz, le Cedre fête ses 35 ans. Alors que le nombre de pollutions majeures en mer a considérablement baissé, le centre d’expertise basé à Brest se justifie-t-il encore ?
Combien de personnes travaillent aujourd’hui au Centre de documentation et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre) ?
Gilbert Le Lann, directeur du Cedre depuis 2008. Nous sommes cinquante personnes basées à Brest, avec un demi-poste à Fort-de-France, en Martinique. Notre pic d’effectifs a atteint 65 au moment du naufrage du Prestige, en 2002.

En quoi le centre a-t-il évolué en 35 ans ?
Il a évidemment accumulé de l’expérience et un certain recul sur les produits les plus courants. Nous nous sommes spécialisés dans la formation, la préparation à l’accident et la mise en place de plans d’urgence.

Comment expliquer la diminution des accidents ?
La prévention et la répression ont fait leur oeuvre. On est passé de 30 pollutions de plus de 700 t d’hydrocarbure au moment de l’Amoco à moins de cinq aujourd’hui. Elles n’ont pas lieu sur nos côtes et nous intervenons parfois très loin de notre base.

Votre mission se justifie-t-elle encore ?
Il y a encore beaucoup à faire pour traiter les milliers de conteneurs qui tombent à la mer et traiter les produits dangereux dont le contact avec l’eau ou les diverses interactions peuvent représenter un risque. Et puis, on n’est jamais à l’abri d’une catastrophe majeure sur nos côtes.

De quel genre de risque parlez-vous ?
De toutes sortes de bateaux qui croisent au large de nos côtes. Les navires sont de plus en plus gros. Leur cargaison ainsi que le volume de carburant embarqué sont toujours plus importants. On peut toutefois se féliciter que si le trafic a été multiplié par trois depuis 1979, les catastrophes ont été diminuées par six.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP