13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Dernière mise à jour le vendredi 20 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Juin 2014
Visualiser l’article original



Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution
18 juin 2014 à 07h17 / Stéphane Jézéquel /

Créé dans l’émotion de la marée noire de l’Amoco Cadiz, le Cedre fête ses 35 ans. Alors que le nombre de pollutions majeures en mer a considérablement baissé, le centre d’expertise basé à Brest se justifie-t-il encore ?
Combien de personnes travaillent aujourd’hui au Centre de documentation et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre) ?
Gilbert Le Lann, directeur du Cedre depuis 2008. Nous sommes cinquante personnes basées à Brest, avec un demi-poste à Fort-de-France, en Martinique. Notre pic d’effectifs a atteint 65 au moment du naufrage du Prestige, en 2002.

En quoi le centre a-t-il évolué en 35 ans ?
Il a évidemment accumulé de l’expérience et un certain recul sur les produits les plus courants. Nous nous sommes spécialisés dans la formation, la préparation à l’accident et la mise en place de plans d’urgence.

Comment expliquer la diminution des accidents ?
La prévention et la répression ont fait leur oeuvre. On est passé de 30 pollutions de plus de 700 t d’hydrocarbure au moment de l’Amoco à moins de cinq aujourd’hui. Elles n’ont pas lieu sur nos côtes et nous intervenons parfois très loin de notre base.

Votre mission se justifie-t-elle encore ?
Il y a encore beaucoup à faire pour traiter les milliers de conteneurs qui tombent à la mer et traiter les produits dangereux dont le contact avec l’eau ou les diverses interactions peuvent représenter un risque. Et puis, on n’est jamais à l’abri d’une catastrophe majeure sur nos côtes.

De quel genre de risque parlez-vous ?
De toutes sortes de bateaux qui croisent au large de nos côtes. Les navires sont de plus en plus gros. Leur cargaison ainsi que le volume de carburant embarqué sont toujours plus importants. On peut toutefois se féliciter que si le trafic a été multiplié par trois depuis 1979, les catastrophes ont été diminuées par six.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP