22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution

Dernière mise à jour le vendredi 20 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Juin 2014
Visualiser l’article original



Cedre. Toujours au-devant du risque de pollution
18 juin 2014 à 07h17 / Stéphane Jézéquel /

Créé dans l’émotion de la marée noire de l’Amoco Cadiz, le Cedre fête ses 35 ans. Alors que le nombre de pollutions majeures en mer a considérablement baissé, le centre d’expertise basé à Brest se justifie-t-il encore ?
Combien de personnes travaillent aujourd’hui au Centre de documentation et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre) ?
Gilbert Le Lann, directeur du Cedre depuis 2008. Nous sommes cinquante personnes basées à Brest, avec un demi-poste à Fort-de-France, en Martinique. Notre pic d’effectifs a atteint 65 au moment du naufrage du Prestige, en 2002.

En quoi le centre a-t-il évolué en 35 ans ?
Il a évidemment accumulé de l’expérience et un certain recul sur les produits les plus courants. Nous nous sommes spécialisés dans la formation, la préparation à l’accident et la mise en place de plans d’urgence.

Comment expliquer la diminution des accidents ?
La prévention et la répression ont fait leur oeuvre. On est passé de 30 pollutions de plus de 700 t d’hydrocarbure au moment de l’Amoco à moins de cinq aujourd’hui. Elles n’ont pas lieu sur nos côtes et nous intervenons parfois très loin de notre base.

Votre mission se justifie-t-elle encore ?
Il y a encore beaucoup à faire pour traiter les milliers de conteneurs qui tombent à la mer et traiter les produits dangereux dont le contact avec l’eau ou les diverses interactions peuvent représenter un risque. Et puis, on n’est jamais à l’abri d’une catastrophe majeure sur nos côtes.

De quel genre de risque parlez-vous ?
De toutes sortes de bateaux qui croisent au large de nos côtes. Les navires sont de plus en plus gros. Leur cargaison ainsi que le volume de carburant embarqué sont toujours plus importants. On peut toutefois se féliciter que si le trafic a été multiplié par trois depuis 1979, les catastrophes ont été diminuées par six.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP