18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Cette plante tue et mange les frelons asiatiques

Cette plante tue et mange les frelons asiatiques

Dernière mise à jour le mercredi 12 août 2015

Article paru
sur le site "Francetvinfo" - 10 Août 2015
Visualiser l’article original


L’envahissant prédateur au thorax brun aurait-il trouvé plus fort que lui ? Le Jardin des plantes de Nantes a découvert qu’une de ses plantes était capable d’attirer et de tuer en quantité des frelons asiatiques. Cette plante carnivore, la Sarracenia (ou sarracénie) est originaire d’Amérique du Nord. Depuis 2010, une cinquantaine de sarracénies ont été installées sur une parcelle de tourbière d’une trentaine de mètres carrés au Jardin des plantes de Nantes.

C’est à l’automne 2014 que Christian Besson, le jardinier du parc, fait cette découverte. Habitué à disséquer toutes sortes de plantes devant les visiteurs lors de ses ateliers, il découvre les propriétés de la sarracénie par hasard : "J’étais en train d’animer un atelier sur la tourbière, se souvient le botaniste, contacté par francetv info, lorsque j’ai découvert que les longues feuilles en forme de tube étaient remplies de frelons asiatiques et de mouches, agglutinés, tous morts." Sur le coup, le jardinier n’est pas surpris, mais en ouvrant d’autres plantes, il se rend compte qu’elles sont toutes pleines de cadavres d’insectes, majoritairement de gros frelons asiatiques, que la plante n’arrive pas à digérer entièrement.
Quatre frelons asiatiques en moyenne par sarracénie

"Le public était très étonné et posait plein de questions, détaille Christian Besson, on a appelé un entomologiste [un spécialiste des insectes] du Muséum d’histoire naturelle de Nantes qui est venu prélever des plantes pour les examiner." En mars 2015, sur les 203 urnes (le tube que constitue la plante) prélevées, le scientifique découvre qu’il y a, en moyenne, quatre frelons asiatiques par plante, ainsi que des mouches, mais pas de guêpes, ni d’abeille ou de frelon européen. "La sarracenia a développé un système de piège sélectif très efficace et intéressant, capable d’éradiquer plusieurs frelons à la fois sans atteindre les autres espèces. C’est inédit", indique le botaniste.

Des frelons asiatiques ; l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte,
Tours (Indre-et-Loire), le 30 septembre 2014.
Des frelons asiatiques à l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte, à Tours (Indre-et-Loire), le 30 septembre 2014. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le piège est en effet redoutable : attiré par les phéromones de la plante, le frelon plonge dans le tube de la plante, perd pied puis y glisse comme dans un toboggan. "Il est piégé et ne peut plus remonter car les parois de la plante sont trop glissantes. Il est ensuite mangé et digéré par les sucs digestifs", explique Christian Besson.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP