18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche
Accueil > Actualités de la mer > Cette plante tue et mange les frelons asiatiques

Cette plante tue et mange les frelons asiatiques

Dernière mise à jour le mercredi 12 août 2015

Article paru
sur le site "Francetvinfo" - 10 Août 2015
Visualiser l’article original


L’envahissant prédateur au thorax brun aurait-il trouvé plus fort que lui ? Le Jardin des plantes de Nantes a découvert qu’une de ses plantes était capable d’attirer et de tuer en quantité des frelons asiatiques. Cette plante carnivore, la Sarracenia (ou sarracénie) est originaire d’Amérique du Nord. Depuis 2010, une cinquantaine de sarracénies ont été installées sur une parcelle de tourbière d’une trentaine de mètres carrés au Jardin des plantes de Nantes.

C’est à l’automne 2014 que Christian Besson, le jardinier du parc, fait cette découverte. Habitué à disséquer toutes sortes de plantes devant les visiteurs lors de ses ateliers, il découvre les propriétés de la sarracénie par hasard : "J’étais en train d’animer un atelier sur la tourbière, se souvient le botaniste, contacté par francetv info, lorsque j’ai découvert que les longues feuilles en forme de tube étaient remplies de frelons asiatiques et de mouches, agglutinés, tous morts." Sur le coup, le jardinier n’est pas surpris, mais en ouvrant d’autres plantes, il se rend compte qu’elles sont toutes pleines de cadavres d’insectes, majoritairement de gros frelons asiatiques, que la plante n’arrive pas à digérer entièrement.
Quatre frelons asiatiques en moyenne par sarracénie

"Le public était très étonné et posait plein de questions, détaille Christian Besson, on a appelé un entomologiste [un spécialiste des insectes] du Muséum d’histoire naturelle de Nantes qui est venu prélever des plantes pour les examiner." En mars 2015, sur les 203 urnes (le tube que constitue la plante) prélevées, le scientifique découvre qu’il y a, en moyenne, quatre frelons asiatiques par plante, ainsi que des mouches, mais pas de guêpes, ni d’abeille ou de frelon européen. "La sarracenia a développé un système de piège sélectif très efficace et intéressant, capable d’éradiquer plusieurs frelons à la fois sans atteindre les autres espèces. C’est inédit", indique le botaniste.

Des frelons asiatiques ; l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte,
Tours (Indre-et-Loire), le 30 septembre 2014.
Des frelons asiatiques à l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte, à Tours (Indre-et-Loire), le 30 septembre 2014. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le piège est en effet redoutable : attiré par les phéromones de la plante, le frelon plonge dans le tube de la plante, perd pied puis y glisse comme dans un toboggan. "Il est piégé et ne peut plus remonter car les parois de la plante sont trop glissantes. Il est ensuite mangé et digéré par les sucs digestifs", explique Christian Besson.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP