18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse
Accueil > Actualités de la mer > Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs (...)

Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Dernière mise à jour le mardi 17 avril 2012

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Mercredi 11 Avril 2012
Visualiser l’article original



Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Par Sandra BESSON

Du fait du changement climatique et du réchauffement des températures mondiales, il est possible que le Titanic rencontrerait davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord s’il prenait la mer aujourd’hui.

Il y a cent ans, le 15 avril 1912, un iceberg a coulé le supposé insubmersible Titanic dans l’Atlantique Nord, faisant un millier de victimes et étant à l’origine de l’une des catastrophes maritimes les plus célèbres de l’histoire.

Si le bateau légendaire naviguait aujourd’hui, il est probable qu’il rencontrerait encore plus d’icebergs, potentiellement à cause du réchauffement climatique, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques.

« Il est surprenant de penser que le réchauffement climatique pourrait créer davantage d’icebergs » a déclaré Frank Lowenstein, directeur de la stratégie pour l’adaptation climatique pour Nature Conservancy dans un article.

Les températures mondiales moyennes ont augmenté d’environ 1,4°C depuis 1880, d’après l’Institut Goddard de la NASA pour les Etudes Spatiales.

Les deux-tiers de ce réchauffement a eu lieu depuis 1975.

Cet air et ces températures océaniques de plus en plus chauds pourraient faire augmenter la vitesse à laquelle les icebergs se forment, d’après Frank Lowenstein.

Alors que davantage de glace fond sous les glaciers et les calottes glaciaires, notamment au Groenland et en Antarctique, l’eau lubrifie les masses de glace, les envoyant dans la mer et les faisant fondre, à un taux plus rapide.

« C’est comme vaporiser du WD-40 » a déclaré Frank Lowenstein. « Davantage d’icebergs peuvent se former, parce que chaque glacier apporte des centaines de milliers de tonnes supplémentaires de glace par an vers l’océan ».

Par ailleurs, l’air chaud peut conduire l’eau à former des piscines à la surface de la glace. Alors que le liquide coule dans les fissures de la glace, cette dernière peut devenir instable et finir par se rompre, formant des icebergs.

Les glaciers et les calottes glaciaires fondant représentent entre 100 et 200 gigatonnes de glace par an, d’après les dernières estimations. « Cela fait un gros cube de glace ».

Tous ces gros cubes finissent par représenter davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord aujourd’hui comparé à lors du voyage du Titanic en 1912.

« Si le navire avait navigué aujourd’hui sur la même trajectoire, il est possible qu’il ait pu rencontrer plus d’icebergs » a déclaré Jeremy Bassis, un glaciologue de l’Université du Michigan.

Parce que les modèles de distribution de la glace dans l’océan changent tout le temps, il est impossible de prévoir où les icebergs ont lieu et quelle est leur taille –c’est pourquoi les scientifiques ne peuvent pas exactement dire combien d’icebergs le Titanic a croisé en 1912 ou combien il en croiserait aujourd’hui, a ajouté Frank Lowenstein.

Ce que nous pouvons savoir cependant, c’est la quantité de calottes glaciaires et de glaciers dans le monde qui sont en train de fondre, et il est vrai qu’ils semblent le faire à un taux de plus en plus rapide.

Jeremy Bassis a cependant indiqué qu’il était impossible de dire si le réchauffement climatique était responsable de la formation de davantage d’icebergs.

« La réponse courte c’est que personne ne sait vraiment –la formation d’icebergs est l’une de ces choses qu’il est vraiment dur de prévoir » a-t-il ajouté.

Il y a quelques exemples de réchauffement de températures ayant contribué à la formation d’icebergs sur une base régionale.

Au Groenland, des preuves montrent que les courants océaniques chauds se sont infiltrés dans le glacier Jakobshavn au même moment où il a commencé à se désintégrer. La langue du glacier avait complètement disparu en 2003.

De même, la plaque de glace Larsen B en Antarctique avait été stable pendant 10 000 ans avant de s’effondrer en seulement six semaines en 2002, potentiellement à cause de l’eau qui a pénétré dans ses fissures, d’après Jeremy Bassis.

Cette calotte glaciaire a été localisée dans l’une des zones se réchauffant le plus vite au monde.

« Personne ne s’attendait à ce que cela soit aussi rapide » a indiqué Jeremy Bassis.

Dans l’ensemble, « les observations semblent montrer de manière convaincante qu’au cours des dix dernières années, les calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland ont, en moyenne, perdu de la masse au profit de l’océan » a-t-il déclaré. « Nous avons vu des changements considérables ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP