21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs (...)

Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Dernière mise à jour le mardi 17 avril 2012

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Mercredi 11 Avril 2012
Visualiser l’article original



Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Par Sandra BESSON

Du fait du changement climatique et du réchauffement des températures mondiales, il est possible que le Titanic rencontrerait davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord s’il prenait la mer aujourd’hui.

Il y a cent ans, le 15 avril 1912, un iceberg a coulé le supposé insubmersible Titanic dans l’Atlantique Nord, faisant un millier de victimes et étant à l’origine de l’une des catastrophes maritimes les plus célèbres de l’histoire.

Si le bateau légendaire naviguait aujourd’hui, il est probable qu’il rencontrerait encore plus d’icebergs, potentiellement à cause du réchauffement climatique, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques.

« Il est surprenant de penser que le réchauffement climatique pourrait créer davantage d’icebergs » a déclaré Frank Lowenstein, directeur de la stratégie pour l’adaptation climatique pour Nature Conservancy dans un article.

Les températures mondiales moyennes ont augmenté d’environ 1,4°C depuis 1880, d’après l’Institut Goddard de la NASA pour les Etudes Spatiales.

Les deux-tiers de ce réchauffement a eu lieu depuis 1975.

Cet air et ces températures océaniques de plus en plus chauds pourraient faire augmenter la vitesse à laquelle les icebergs se forment, d’après Frank Lowenstein.

Alors que davantage de glace fond sous les glaciers et les calottes glaciaires, notamment au Groenland et en Antarctique, l’eau lubrifie les masses de glace, les envoyant dans la mer et les faisant fondre, à un taux plus rapide.

« C’est comme vaporiser du WD-40 » a déclaré Frank Lowenstein. « Davantage d’icebergs peuvent se former, parce que chaque glacier apporte des centaines de milliers de tonnes supplémentaires de glace par an vers l’océan ».

Par ailleurs, l’air chaud peut conduire l’eau à former des piscines à la surface de la glace. Alors que le liquide coule dans les fissures de la glace, cette dernière peut devenir instable et finir par se rompre, formant des icebergs.

Les glaciers et les calottes glaciaires fondant représentent entre 100 et 200 gigatonnes de glace par an, d’après les dernières estimations. « Cela fait un gros cube de glace ».

Tous ces gros cubes finissent par représenter davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord aujourd’hui comparé à lors du voyage du Titanic en 1912.

« Si le navire avait navigué aujourd’hui sur la même trajectoire, il est possible qu’il ait pu rencontrer plus d’icebergs » a déclaré Jeremy Bassis, un glaciologue de l’Université du Michigan.

Parce que les modèles de distribution de la glace dans l’océan changent tout le temps, il est impossible de prévoir où les icebergs ont lieu et quelle est leur taille –c’est pourquoi les scientifiques ne peuvent pas exactement dire combien d’icebergs le Titanic a croisé en 1912 ou combien il en croiserait aujourd’hui, a ajouté Frank Lowenstein.

Ce que nous pouvons savoir cependant, c’est la quantité de calottes glaciaires et de glaciers dans le monde qui sont en train de fondre, et il est vrai qu’ils semblent le faire à un taux de plus en plus rapide.

Jeremy Bassis a cependant indiqué qu’il était impossible de dire si le réchauffement climatique était responsable de la formation de davantage d’icebergs.

« La réponse courte c’est que personne ne sait vraiment –la formation d’icebergs est l’une de ces choses qu’il est vraiment dur de prévoir » a-t-il ajouté.

Il y a quelques exemples de réchauffement de températures ayant contribué à la formation d’icebergs sur une base régionale.

Au Groenland, des preuves montrent que les courants océaniques chauds se sont infiltrés dans le glacier Jakobshavn au même moment où il a commencé à se désintégrer. La langue du glacier avait complètement disparu en 2003.

De même, la plaque de glace Larsen B en Antarctique avait été stable pendant 10 000 ans avant de s’effondrer en seulement six semaines en 2002, potentiellement à cause de l’eau qui a pénétré dans ses fissures, d’après Jeremy Bassis.

Cette calotte glaciaire a été localisée dans l’une des zones se réchauffant le plus vite au monde.

« Personne ne s’attendait à ce que cela soit aussi rapide » a indiqué Jeremy Bassis.

Dans l’ensemble, « les observations semblent montrer de manière convaincante qu’au cours des dix dernières années, les calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland ont, en moyenne, perdu de la masse au profit de l’océan » a-t-il déclaré. « Nous avons vu des changements considérables ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP