13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs (...)

Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Dernière mise à jour le mardi 17 avril 2012

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Mercredi 11 Avril 2012
Visualiser l’article original



Changement climatique : Le Titanic rencontrerait-il davantage d’icebergs aujourd’hui ?

Par Sandra BESSON

Du fait du changement climatique et du réchauffement des températures mondiales, il est possible que le Titanic rencontrerait davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord s’il prenait la mer aujourd’hui.

Il y a cent ans, le 15 avril 1912, un iceberg a coulé le supposé insubmersible Titanic dans l’Atlantique Nord, faisant un millier de victimes et étant à l’origine de l’une des catastrophes maritimes les plus célèbres de l’histoire.

Si le bateau légendaire naviguait aujourd’hui, il est probable qu’il rencontrerait encore plus d’icebergs, potentiellement à cause du réchauffement climatique, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques.

« Il est surprenant de penser que le réchauffement climatique pourrait créer davantage d’icebergs » a déclaré Frank Lowenstein, directeur de la stratégie pour l’adaptation climatique pour Nature Conservancy dans un article.

Les températures mondiales moyennes ont augmenté d’environ 1,4°C depuis 1880, d’après l’Institut Goddard de la NASA pour les Etudes Spatiales.

Les deux-tiers de ce réchauffement a eu lieu depuis 1975.

Cet air et ces températures océaniques de plus en plus chauds pourraient faire augmenter la vitesse à laquelle les icebergs se forment, d’après Frank Lowenstein.

Alors que davantage de glace fond sous les glaciers et les calottes glaciaires, notamment au Groenland et en Antarctique, l’eau lubrifie les masses de glace, les envoyant dans la mer et les faisant fondre, à un taux plus rapide.

« C’est comme vaporiser du WD-40 » a déclaré Frank Lowenstein. « Davantage d’icebergs peuvent se former, parce que chaque glacier apporte des centaines de milliers de tonnes supplémentaires de glace par an vers l’océan ».

Par ailleurs, l’air chaud peut conduire l’eau à former des piscines à la surface de la glace. Alors que le liquide coule dans les fissures de la glace, cette dernière peut devenir instable et finir par se rompre, formant des icebergs.

Les glaciers et les calottes glaciaires fondant représentent entre 100 et 200 gigatonnes de glace par an, d’après les dernières estimations. « Cela fait un gros cube de glace ».

Tous ces gros cubes finissent par représenter davantage d’icebergs dans l’Atlantique Nord aujourd’hui comparé à lors du voyage du Titanic en 1912.

« Si le navire avait navigué aujourd’hui sur la même trajectoire, il est possible qu’il ait pu rencontrer plus d’icebergs » a déclaré Jeremy Bassis, un glaciologue de l’Université du Michigan.

Parce que les modèles de distribution de la glace dans l’océan changent tout le temps, il est impossible de prévoir où les icebergs ont lieu et quelle est leur taille –c’est pourquoi les scientifiques ne peuvent pas exactement dire combien d’icebergs le Titanic a croisé en 1912 ou combien il en croiserait aujourd’hui, a ajouté Frank Lowenstein.

Ce que nous pouvons savoir cependant, c’est la quantité de calottes glaciaires et de glaciers dans le monde qui sont en train de fondre, et il est vrai qu’ils semblent le faire à un taux de plus en plus rapide.

Jeremy Bassis a cependant indiqué qu’il était impossible de dire si le réchauffement climatique était responsable de la formation de davantage d’icebergs.

« La réponse courte c’est que personne ne sait vraiment –la formation d’icebergs est l’une de ces choses qu’il est vraiment dur de prévoir » a-t-il ajouté.

Il y a quelques exemples de réchauffement de températures ayant contribué à la formation d’icebergs sur une base régionale.

Au Groenland, des preuves montrent que les courants océaniques chauds se sont infiltrés dans le glacier Jakobshavn au même moment où il a commencé à se désintégrer. La langue du glacier avait complètement disparu en 2003.

De même, la plaque de glace Larsen B en Antarctique avait été stable pendant 10 000 ans avant de s’effondrer en seulement six semaines en 2002, potentiellement à cause de l’eau qui a pénétré dans ses fissures, d’après Jeremy Bassis.

Cette calotte glaciaire a été localisée dans l’une des zones se réchauffant le plus vite au monde.

« Personne ne s’attendait à ce que cela soit aussi rapide » a indiqué Jeremy Bassis.

Dans l’ensemble, « les observations semblent montrer de manière convaincante qu’au cours des dix dernières années, les calottes glaciaires de l’Antarctique et du Groenland ont, en moyenne, perdu de la masse au profit de l’océan » a-t-il déclaré. « Nous avons vu des changements considérables ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP