19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Dernière mise à jour le lundi 25 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 22 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Les diatomées, ces algues brunes représentées, ici, en image de synthèse, rendent davantage de services qu’on ne l’imaginait à la planète, révèlent les travaux auxquels a notamment participé le Brestois Paul Tréguer.
L’arrivée de l’hiver n’incite guère à penser au réchauffement climatique. Mais des scientifiques ne le perdent pas de vue et seize d’entre eux, dont trois Brestois (*), viennent de publier une découverte dans la prestigieuse revue britannique Nature Geoscience. Les océans absorbent du dioxyde de carbone (environ un quart des rejets humains de CO2), ralentissant ainsi l’effet de serre. Les micro-algues des eaux de surface (soit à moins de 1.000 mètres de profondeur) transforment par photosynthèse ce gaz carbonique en carbone organique, plus lourd que l’eau. Il descend vers l’océan profond, où il est séquestré pour plus d’un siècle, voire mille ans, dans ces eaux plus froides et stables. Mais on a sous-estimé le rôle des diatomées siliceuses dans ce transfert.
Un déclin incertain

On ne rend pas assez grâce à ces algues brunes microscopiques, protégées d’une cuirasse de silice, des services (relatifs) qu’elles rendent à la planète. Quand elles meurent, le carbone qu’elles renferment n’est pas régénéré sous forme de gaz carbonique dans les premiers 1.000 mètres, comme on le croyait, les laissant en contact avec l’atmosphère. Leurs carapaces de verre (appelons-la ainsi) l’emprisonnent et, alourdies, gagnent les abysses.

Ces chercheurs ont montré aussi que les diatomées n’ont pas toutes la même efficacité selon leur taille, leur forme, leur degré de silicification et leur environnement. Et, enfin, que leur déclin, dans un océan qui se réchauffe et se stratifie (avec un écart de température croissant entre surface et profondeur), reste incertain. Ils envisagent qu’elles s’adaptent au changement climatique et à l’acidification des océans, et poursuivent leur bonne oeuvre.
Une bombe à retardement

La capacité de ces micro-algues à entraîner par le fond ce carbone qui compromet notre avenir est de nature à rassurer. Mais, au-delà du fait que leur action ne suffit pas à compenser nos rejets, que devient ce carbone après quelques siècles ? Un parcours complexe, tracé par les courants et les différences de températures des eaux sur tout le globe, l’amène à remonter. Une bombe à retardement, pour une époque encore un peu lointaine à l’échelle humaine ? « On peut dire cela », confirme Paul Tréguer, un des auteurs brestois de l’article.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP