22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Climat : le jet-stream perd le nord !

Climat : le jet-stream perd le nord !

Dernière mise à jour le mardi 25 février 2014

Article paru
sur le site "Le Point" - 16 Fevrier 2014
Visualiser l’article original


Le réchauffement de l’Arctique pourrait affecter durablement le "jet-stream" polaire, qui est déterminant pour le climat en Amérique du Nord et en Europe, selon des travaux américains. Cette étude indique que les vents du "jet-stream", qui soufflent d’ouest en est à haute altitude, "s’affaiblissent et ce courant tend de ce fait à s’élargir et à dévier plus facilement de sa trajectoire", a expliqué Jennifer Francis, professeur de climatologie à l’université Rutgers dans le New Jersey.

Elle est le principal auteur de cette recherche présentée samedi à la conférence annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS) réunie ce week-end à Chicago. "Quand le jet-stream s’affaiblit - ce qui a été le cas ces deux dernières décennies -, les phénomènes météorologiques ont tendance à durer plus longtemps", a-t-elle dit lors d’une conférence de presse.

"Cela semble suggérer que les caractéristiques du temps changent", a ajouté la scientifique, selon qui "cela se produira plus fréquemment". Ainsi, les États-Unis connaissent un hiver particulièrement froid et enneigé dans le Middle West jusque dans le sud, où cela est inhabituel. En revanche, les régions nordiques comme l’Alaska connaissent un hiver anormalement clément cette année.
Apparition de phénomènes climatiques extrêmes

Ce phénomène pourrait résulter du réchauffement ces dernières décennies dans l’Arctique, où les températures ont grimpé de deux à trois fois plus vite que dans le reste du globe, a relevé James Overland, un scientifique de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) qui a participé à cette présentation.

Le changement du "jet-stream" s’explique en partie par la différence de températures entre l’Arctique et les latitudes moyennes, a-t-il indiqué. Si cette différence est importante, la vitesse de ce courant s’accélère, un peu comme une rivière descendant une colline. En revanche, si l’écart des températures entre les latitudes moyennes et l’Arctique, qui s’est réchauffé, est faible, le "jet-stream" s’affaiblit, ont expliqué ces scientifiques.

Avec les phénomènes climatiques extrêmes observés ces dernières années aux États-Unis - chaleur record, sécheresse...- et ailleurs dans le monde, comme la canicule record actuelle en Australie, la question se pose de savoir si ces événements résultent d’une simple variation naturelle du climat ou du réchauffement de la planète lié aux activités humaines.

Pour Jennifer Francis, une telle conclusion est prématurée, car leurs "données portant sur ce phénomène et ses effets portent sur une période très courte, ce qui rend difficile d’avoir une interprétation claire". "Mais quand nous disposerons de plus de mesures, je pense que nous commencerons à discerner l’influence du changement climatique", a-t-elle ajouté.
Impact sur l’agriculture

Mark Serreze, le directeur du Centre national américain d’étude de la neige et de la glace (National Snow and ice Data Center), a dit devant la conférence de l’AAAS que les changements dans l’Arctique et l’impact sur le climat dans les moyennes latitudes étaient "un nouveau champ de recherche controversé avec des arguments pour et contre".

"Fondamentalement, le fort réchauffement qui pourrait être responsable de ce phénomène est lié à la fonte de glace sur l’océan Arctique que nous constatons depuis ces dernières années", a-t-il relevé. "La calotte glaciaire agit comme un couvercle séparant l’océan de l’atmosphère et, si vous enlevez ce couvercle, la chaleur contenue dans l’eau se retrouve dans l’atmosphère", expliquant ces dérèglements atmosphériques, a ajouté le scientifique.

L’impact sur l’agriculture est l’une des principales conséquences de ce phénomène aux latitudes moyennes aux États-Unis. "Nous allons voir des changements dans les précipitations et dans les températures qui pourraient bien être liés à ce qui se passe loin dans le nord", a prédit Mark Serreze, pour qui "les bouleversements dans l’Arctique affectent tout le climat de la planète".

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP