21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Climat : les poissons mettent le cap au nord

Climat : les poissons mettent le cap au nord

Dernière mise à jour le vendredi 17 mai 2013

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 15 Mai 2013
Visualiser l’article original


Nombreuses sont les études montrant que des plantes remontent en altitude, que des oiseaux ou des insectes migrent plus au nord, tous à la recherche de contrées plus fraîches en raison du réchauffement climatique. Les recherches effectuées par une équipe de scientifiques canadiens et australiens, publiées dans la revue ­Nature du 16 mai, révèlent qu’il en va de même avec les poissons dans la quasi-totalité des océans du monde, et ce depuis déjà une quarantaine d’années.

Pour effectuer ce travail gigantesque, les scientifiques ont réalisé une cartographie des poissons pêchés depuis 1970 dans quelque 52 grandes zones à travers le monde. Des écosystèmes marins qui servent de référence pour les scientifiques. « Chaque poisson a une température préférée dans laquelle il évolue, et cette température ne change pas », explique Daniel Pauly, océanographe des pêches à l’université de Colombie-Britannique (Canada), l’un des auteurs de l’étude. Un poisson qui vit à la température de 15 °C pourra tolérer quelque temps 12 °C ou au contraire 18 °C, mais il cherchera en permanence à retrouver ce qui lui convient le mieux, soit 15 °C.
A la recherche des eaux froides

L’évolution au fil des ans des quantités et des espèces de poissons pêchés selon les lieux montre qu’ils se déplacent en quête d’eau plus froide. Du coup, cela donne une très bonne indication de l’évolution de la température de l’eau. C’est ainsi que le ballon à bandes argentées (Lagocephalus sceleratus) est remonté de la mer Rouge pour envahir la Méditerranée orientale. « Ces poissons sont devenus un gros problème pour les pêcheurs, car ils détruisent les filets et sont immangeables à cause de leurs viscères toxiques », raconte Daniel Pauly. La croissance rapide de prises de rougets de vase (Mullus barbatus) autour de la Grande-Bretagne est un autre exemple cité par les chercheurs, alors qu’il s’agit d’une espèce connue jusqu’à présent pour évoluer dans des eaux plutôt chaudes.

Les poissons tentent parfois de trouver le frais en quittant les eaux de surface pour rejoindre les profondeurs, « mais ils sont très vite confrontés à des problèmes de nourriture, qu’ils ne trouvent plus, et au manque d’oxygène », poursuit Daniel Pauly. Dans les zones tempérées, des espèces des basses latitudes ont ainsi remplacé des espèces des hautes latitudes.

Certains poissons qui ne peuvent pas bouger en raison de leur dépendance à une autre espèce ou à un biotope pourront peut-être s’adapter. « Mais il faut une grande population pour qu’il y ait une sélection naturelle selon les lois de Darwin », rappelle le chercheur. Or, ce n’est plus le cas pour la plupart des espèces en raison de la surpêche. C’est le problème majeur des zones tropicales. Beaucoup de poissons ont déserté ces mers devenues trop chaudes. Certains grands récifs coraliens ont ainsi perdu leur couverture vivante. Si l’on ajoute à cela la surexploitation de la ressource, les stocks ne cessent de diminuer sans possibilité de remplacement « et sans savoir d’ailleurs ce qui est le plus impactant ».
Même phénomène en rivière

Le phénomène provoque d’ores et déjà d’importants changements pour l’industrie de la pêche. Mais les poissons marins ne sont pas les seuls touchés. La situation est en effet similaire pour les poissons d’eau douce, selon une étude menée à l’échelle de la France par des chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique (CNRS-université Paul-Sabatier) et publiée dans la revue Ecography.

Celle-ci s’appuie sur des données récoltées depuis trente ans par l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema).

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP