11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré
Accueil > Actualités de la mer > Comment gérer le stock de palourdes

Comment gérer le stock de palourdes

Dernière mise à jour le lundi 22 octobre 2012

Article paru
sur le site "Sud-Ouest" - Mercredi 17 octobre 2012
Visualiser l’article original


Le stock de palourdes estimé cette année est en hausse. En revanche, le nombre d’espèces commercialisables est en baisse. Ce qui entraîne des mesures de gestion.

Depuis 2000, tous les deux ans, des campagnes d’évaluation du stock de palourdes dans le bassin d’Arcachon sont menées par l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer). Portée par le Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins de la Gironde (CDPEMM33), l’étude de l’année 2012, réalisée en juin et ce durant dix-huit jours, a été communiquée la semaine dernière aux professionnels.

Que dit-elle ? Principalement deux choses. La première étant que la plupart des paramètres suivis (biomasse, abondance et densité) sont à la hausse par rapport à 2010 (année de la dernière étude). La biomasse totale s’élevant à 7 177 tonnes ce qui représente plus de 23 % par rapport au dernier recensement. Il y a clairement plus de palourdes. En revanche, et c’est le second point, il y en a moins à commercialiser.
La taille et l’âge en cause

Les palourdes doivent mesurer plus de 35 millimètres pour pouvoir être vendues. L’estimation 2012 montre que moins de coquillages atteignent cette taille (721 tonnes au total). Elle met aussi en exergue un autre facteur : il y a peu de juvéniles issues des pontes de 2011. Les juvéniles étant les palourdes de moins de 17 mm. La taille de maturation oscillant, quant à elle, entre 1,7 et 4,4 années.

« Au bout d’un moment, elles stagnent et on ne sait pas pourquoi. Nous n’avons pas non plus d’explication pour le manque de naissain », résume Jean-Michel Labrousse, le président du comité qui note que malgré tout « le stock est là ». Et de rappeler avoir « toujours demandé » à passer à une taille commercialisable de 32 mm.
Règle franco-française

« Plus que cela, nous demandons un comptage d’individus au kilo, poursuit-il. Nous nous retrouvons en concurrence avec le marché espagnol qui commercialise entre 30 et 32 mm et les Italiens qui commencent à 25 ! »

À cela se rajoute la différence de forme des palourdes du Bassin avec, notamment, celles de Bretagne. Les coquillages locaux n’ayant pas la « forme homologuée »… « On peut aboutir dans les mois qui viennent », assure Jean-Michel Labrousse. « Nous avons déposé un dossier au Parlement européen et demandons la mise en place d’une réglementation franco-française. » En attendant, le comité a demandé jeudi dernier aux pêcheurs de se prononcer sur plusieurs points. Le premier concerne les réserves actuellement en place. Celle de l’île aux Oiseaux sera maintenue fermée jusqu’au 1er avril 2015 en revanche, celle de la zone de Piréaou rouvrira le 1er avril 2013. Elle sera ensuite remplacée par deux nouvelles zones qui seront fermées pour deux ans à Hautebelle et Branne.
Discussions animées

Ces décisions ont fait l’objet de discussions animées au sein des professionnels. Tout comme celles relatives aux juvéniles. Les pêcheurs estimant qu’elles sont présentes dans le Bassin. « Il y a eu du retard cette année, elles ont frayé en juillet », ont-ils dit. Du coup, la proposition d’étudier la transplantation de juvéniles de zones de mauvaise pousse vers des zones de réserve où la croissance est avérée n’a pas tout de suite suscité l’enthousiasme général.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP