22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Comment gérer le stock de palourdes

Comment gérer le stock de palourdes

Dernière mise à jour le lundi 22 octobre 2012

Article paru
sur le site "Sud-Ouest" - Mercredi 17 octobre 2012
Visualiser l’article original


Le stock de palourdes estimé cette année est en hausse. En revanche, le nombre d’espèces commercialisables est en baisse. Ce qui entraîne des mesures de gestion.

Depuis 2000, tous les deux ans, des campagnes d’évaluation du stock de palourdes dans le bassin d’Arcachon sont menées par l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer). Portée par le Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins de la Gironde (CDPEMM33), l’étude de l’année 2012, réalisée en juin et ce durant dix-huit jours, a été communiquée la semaine dernière aux professionnels.

Que dit-elle ? Principalement deux choses. La première étant que la plupart des paramètres suivis (biomasse, abondance et densité) sont à la hausse par rapport à 2010 (année de la dernière étude). La biomasse totale s’élevant à 7 177 tonnes ce qui représente plus de 23 % par rapport au dernier recensement. Il y a clairement plus de palourdes. En revanche, et c’est le second point, il y en a moins à commercialiser.
La taille et l’âge en cause

Les palourdes doivent mesurer plus de 35 millimètres pour pouvoir être vendues. L’estimation 2012 montre que moins de coquillages atteignent cette taille (721 tonnes au total). Elle met aussi en exergue un autre facteur : il y a peu de juvéniles issues des pontes de 2011. Les juvéniles étant les palourdes de moins de 17 mm. La taille de maturation oscillant, quant à elle, entre 1,7 et 4,4 années.

« Au bout d’un moment, elles stagnent et on ne sait pas pourquoi. Nous n’avons pas non plus d’explication pour le manque de naissain », résume Jean-Michel Labrousse, le président du comité qui note que malgré tout « le stock est là ». Et de rappeler avoir « toujours demandé » à passer à une taille commercialisable de 32 mm.
Règle franco-française

« Plus que cela, nous demandons un comptage d’individus au kilo, poursuit-il. Nous nous retrouvons en concurrence avec le marché espagnol qui commercialise entre 30 et 32 mm et les Italiens qui commencent à 25 ! »

À cela se rajoute la différence de forme des palourdes du Bassin avec, notamment, celles de Bretagne. Les coquillages locaux n’ayant pas la « forme homologuée »… « On peut aboutir dans les mois qui viennent », assure Jean-Michel Labrousse. « Nous avons déposé un dossier au Parlement européen et demandons la mise en place d’une réglementation franco-française. » En attendant, le comité a demandé jeudi dernier aux pêcheurs de se prononcer sur plusieurs points. Le premier concerne les réserves actuellement en place. Celle de l’île aux Oiseaux sera maintenue fermée jusqu’au 1er avril 2015 en revanche, celle de la zone de Piréaou rouvrira le 1er avril 2013. Elle sera ensuite remplacée par deux nouvelles zones qui seront fermées pour deux ans à Hautebelle et Branne.
Discussions animées

Ces décisions ont fait l’objet de discussions animées au sein des professionnels. Tout comme celles relatives aux juvéniles. Les pêcheurs estimant qu’elles sont présentes dans le Bassin. « Il y a eu du retard cette année, elles ont frayé en juillet », ont-ils dit. Du coup, la proposition d’étudier la transplantation de juvéniles de zones de mauvaise pousse vers des zones de réserve où la croissance est avérée n’a pas tout de suite suscité l’enthousiasme général.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP