14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Comment la vigilance météo a-t-elle évolué ?

Comment la vigilance météo a-t-elle évolué ?

Dernière mise à jour le lundi 5 janvier 2015

Article paru
sur le site "La Croix Planète" - 12 Décembre 2014
Visualiser l’article original



La Croix : Comment le dispositif de vigilance météorologique a-t-il évolué depuis sa création en 2001 ?

Cyrille Honoré : La vigilance météorologique, avec son échelle de quatre couleurs, a été conçue à l’origine pour cinq types d’aléas : vent violent, fortes précipitations, orages, neige-verglas et avalanches. Au fur et à mesure des phénomènes rencontrés, le dispositif s’est étendu.

> À lire : La planète a connu une décennie climatique « extrême » de 2001 à 2010

Après l’épisode de canicule de 2003, nous avons créé en 2004 un indicateur canicule et grand froid. En 2007, le paramètre « fortes précipitations » a été modifié en « pluie inondation » pour intégrer l’information sur la « vigilance crue » produite par le ministère de du développement durable. Après le drame de Xynthia en 2011, nous avons complété le dispositif avec la vigilance « vague submersion ».

Au total, depuis le lancement du dispositif, 21 phénomènes météorologiques ont nécessité l’activation du niveau rouge, le plus souvent pour pluie-inondation (9 cas).

Avez-vous fait des progrès dans la prévisibilité des événements ?

C.H : Comme dans tout système d’avertissement, nous devons respecter le bon équilibre entre deux nécessités : réduire les cas de non-détection et éviter les fausses alarmes. Nous nous sommes fixé deux objectifs : pas plus de 3 % de non-détections par an et pas plus de 20 % de fausses alarmes. Malgré des variations d’une année sur l’autre, nous respectons globalement ces deux objectifs depuis l’entrée en vigueur du dispositif.

La prévisibilité des phénomènes dangereux a-t-elle progressé ?

C.H : Grosso modo, les progrès techniques nous permettent de gagner une journée de prévisibilité tous les dix ans. Autrement dit, la prévision faite aujourd’hui pour trois jours a la même qualité que celle réalisée pour deux jours il y a dix ans.

Y a-t-il des phénomènes plus difficiles à prévoir que d’autres ?

C H : Bien sûr. Une tempête peut être détectée quelques jours avant son arrivée sur un territoire. La neige aussi est prévisible. En revanche, la dynamique des systèmes orageux est très difficile à déterminer à l’avance, sachant que nous sommes là sur des phénomènes qui sont très localisés.

Ce système d’information grand public est-il efficace pour éviter les conséquences parfois dramatiques des événements météorologiques ?

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP