18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Comment la vigilance météo a-t-elle évolué ?

Comment la vigilance météo a-t-elle évolué ?

Dernière mise à jour le lundi 5 janvier 2015

Article paru
sur le site "La Croix Planète" - 12 Décembre 2014
Visualiser l’article original



La Croix : Comment le dispositif de vigilance météorologique a-t-il évolué depuis sa création en 2001 ?

Cyrille Honoré : La vigilance météorologique, avec son échelle de quatre couleurs, a été conçue à l’origine pour cinq types d’aléas : vent violent, fortes précipitations, orages, neige-verglas et avalanches. Au fur et à mesure des phénomènes rencontrés, le dispositif s’est étendu.

> À lire : La planète a connu une décennie climatique « extrême » de 2001 à 2010

Après l’épisode de canicule de 2003, nous avons créé en 2004 un indicateur canicule et grand froid. En 2007, le paramètre « fortes précipitations » a été modifié en « pluie inondation » pour intégrer l’information sur la « vigilance crue » produite par le ministère de du développement durable. Après le drame de Xynthia en 2011, nous avons complété le dispositif avec la vigilance « vague submersion ».

Au total, depuis le lancement du dispositif, 21 phénomènes météorologiques ont nécessité l’activation du niveau rouge, le plus souvent pour pluie-inondation (9 cas).

Avez-vous fait des progrès dans la prévisibilité des événements ?

C.H : Comme dans tout système d’avertissement, nous devons respecter le bon équilibre entre deux nécessités : réduire les cas de non-détection et éviter les fausses alarmes. Nous nous sommes fixé deux objectifs : pas plus de 3 % de non-détections par an et pas plus de 20 % de fausses alarmes. Malgré des variations d’une année sur l’autre, nous respectons globalement ces deux objectifs depuis l’entrée en vigueur du dispositif.

La prévisibilité des phénomènes dangereux a-t-elle progressé ?

C.H : Grosso modo, les progrès techniques nous permettent de gagner une journée de prévisibilité tous les dix ans. Autrement dit, la prévision faite aujourd’hui pour trois jours a la même qualité que celle réalisée pour deux jours il y a dix ans.

Y a-t-il des phénomènes plus difficiles à prévoir que d’autres ?

C H : Bien sûr. Une tempête peut être détectée quelques jours avant son arrivée sur un territoire. La neige aussi est prévisible. En revanche, la dynamique des systèmes orageux est très difficile à déterminer à l’avance, sachant que nous sommes là sur des phénomènes qui sont très localisés.

Ce système d’information grand public est-il efficace pour éviter les conséquences parfois dramatiques des événements météorologiques ?

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP