26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?
Accueil > Actualités de la mer > Comment nourrir les hommes en sauvant les poissons ?

Comment nourrir les hommes en sauvant les poissons ?

Dernière mise à jour le lundi 8 octobre 2012

Article paru
sur le site "20 Minutes" - jeudi 04 octobre 2012
Visualiser l’article original


PECHE - Face à la surpêche, qui met en péril les populations de poissons, des solutions sont proposées par les ONG...

Bientôt plus de poissons dans les mers mais des élevages géants pour alimenter les étals des poissonniers ? Pour éviter une situation contre nature, les associations se mobilisent et proposent des solutions simples permettant de concilier respect de la biodiversité et exploitation des ressources marines.

Cinq organisations, Green Cross, Nausicaa, SeaOrbiter, Tara Expéditions et le Réseau Mondial Océan se sont ainsi réunies dans une Alliance pour les mers et les océans, créée lors du sommet des Nations unies sur le climat à Rio, en juin dernier. Dans un rapport intitulé « Quelles conditions pour faire émerger une Blue society ? », elles s’interrogent sur les manières d’exploiter durablement les océans. Une nécessité, alors qu’une étude scientifique internationale vient de démontrer que les pêcheurs européens capturaient jusqu’à 28 fois leurs quotas annuels de poissons.
L’aquaculture, une alternative à risques

« L’aquaculture, censée représenter une solution alternative à l’épuisement des populations de poissons sauvages, rencontre deux limites fortes dont les effets amplifient le phénomène d’appauvrissement des océans, écrivent les associations. Elle est incapable de mettre en place des chaînes de nourrissage adéquat ni de proposer des espèces alternatives qui ne soient pas des espèces carnivores en haut de chaîne. » Sachant qu’il faut en moyenne 4 kilos de poissons sauvages pour produire un kilo de poisson d’élevage, le poids de l’aquaculture sur les ressources naturelles pourrait être insoutenable. Or, un poisson sur deux consommé dans le monde provient aujourd’hui de l’aquaculture.

Une solution pourrait cependant permettre de concilier élevage et respect des écosystèmes. L’aquaculture multi-spécifique a prouvé son efficacité, rappelle l’Alliance pour les mers et les océans, notamment dans les rizières asiatiques. Elle consiste à élever ensemble plusieurs espèces qui interagissent
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP