20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Comment rendre les huîtres immortelles ?

Comment rendre les huîtres immortelles ?

Dernière mise à jour le vendredi 19 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro-Nautisme" -
17 Avril 2013
Visualiser l’article original


Avec le retour du printemps et le réchauffement des eaux de mer, une nouvelle hécatombe se prépare parmi les huîtres creuses qui enregistrent un taux de mortalité massif depuis 2008. L’Ifremer a mené l’enquête pour tenter de trouver des parades.

Habituellement, le taux de mortalité parmi les naissains d’huîtres – les jeunes qui viennent d’éclore – tournait autour de 5 %. A partir de 2008, ce chiffre s’élève brusquement à 63 % dans les bassins ostréicoles français. Ce phénomène est dû à un agent infectieux, une variante du virus OsHV. Le réseau de pathologie des mollusques de l’Ifremer a donc renforcé sa surveillance et s’est aperçu que d’autres pays étaient touchés, en particulier l’Irlande, le Royaume-Uni mais aussi la Nouvelle Zélande. D’où l’hypothèse d’un changement global mondial, poussant à l’émergence de formes particulières de virus dans différents lieux géographiques. La contamination des naissains intervient au printemps, lorsque la température de l’eau atteint 16 °C. En 2012, la situation s’est aggravée, les huîtres adultes, commercialisables, étant touchées à leur tour. L’agent infectieux identifié par les scientifiques est une bactérie appelée vibrio aestuarianus.

Des huîtres résistantes à la maladie

Pour l’Ifremer, tout l’enjeu consiste à trouver des parades pour contrer ces agents infectieux. Il existe peu d’outils pour lutter contre la maladie, pas de vaccin, car les huîtres sont dépourvues de mémoire immunitaire, ni de traitement, car elles vivent en milieu ouvert. Mais dès les années 2000, l’Ifremer avait repéré des huîtres plus résistantes à la maladie et a donc décidé d’utiliser leur diversité génétique. Les chercheurs ont ainsi sélectionné des familles à « survie améliorée » qui transmettent leur capacité de résistance. Dès 2010, un plan de sauvegarde a permis de mettre ces huîtres à la disposition des écloseries. Renouvelé en 2011 et 2012, il a donné des résultats satisfaisants : « L’amélioration de la survie a été de 10 % la première année, de 30 % la seconde et nous espérons atteindre 40 à 50 % la troisième », estime-t-on à l’Ifremer. La filière ostréicole a ainsi réussi à gérer la crise même si les huîtres produites ces dernières années ont été moins nombreuses et donc plus chères._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP