21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Conserves de poisson. Un produit anti-crise

Conserves de poisson. Un produit anti-crise

Dernière mise à jour le mercredi 2 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 01 Juillet 2014
Visualiser l’article original



Thon, maquereau, sardine : les conserves de poisson séduisent le consommateur. De la pêche jusqu’au produit fini, les conserveurs français s’engagent et signent une charte « de bonnes pratiques ». Une première.
Qui n’a pas dans son placard des petites boîtes de sardines ou de thon ? Neuf ménages sur dix achètent des conserves de poisson, selon la Fiac (Fédération des Industries d’Aliments Conservés). De 2009 à 2013, les ventes ont augmenté de 5 %. 120.770 tonnes de conserves de poisson ont été achetées en 2013, à un prix moyen de 8,70 euros le kilo, ce qui fait de ces conserves les protéines les moins chères du marché. C’est un produit anti-crise, qui permet de manger du poisson à un prix abordable. « La majorité des produits contenus dans les conserves sont peu transformés », souligne Jean François Hug, président de la Fiac (et P-DG du groupe Chancerelle, basé à Douarnenez, 29). Le secteur emploie directement 2.500 personnes, 10.000 pour la filière si l’on prend en compte les emplois à la pêche, l’emballage. On compte 16 sites de production, quasiment tous implantés en Bretagne. Au hit-parade des poissons les plus achetés, le thon arrive en tête (+ de 70.000 tonnes), suivi par le maquereau (près de 20.000 tonnes). La sardine (15.000 tonnes) séduit des fidèles - certains sont même « accros » aux crus millésimés - mais semble attirer une clientèle plus âgée que celle des autres conserves de poisson.

Une charte de bonnes pratiques

L’histoire de la sardine en boîte a démarré il y a deux siècles à Nantes. « C’est une industrie de tradition, mais aussi d’innovation », explique Jean-François Hug. L’innovation porte sur les recettes, sur l’emballage, l’ouverture facile. Pour la première fois, 14 conserveurs français ont innové aussi en élaborant une charte de « bonnes pratiques », une réponse aux attentes des consommateurs, explique Jean-François Hug. Capitaine Cook, Saupiquet, Paul Paulet (marque Petit Navire), Chancerelle (marque Connétable), la Belle-Iloise, Gonidec, Jean-François Furic notamment ont signé cette charte. Ils s’engagent à préserver la ressource

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP