22 mai : Etat d’urgence décrété en Californie après une fuite de pétrole dans l’océan21 mai : Les Etats-Unis lancent un plan pour sauver les abeilles20 mai : Océanographie. Le fabuleux Yersin 19 mai : A l’assaut des grands vortex de déchets dans les océans18 mai : Des homards aux couleurs insolites pêchés en Gaspésie15 mai : Archipel des Glénan. 167 noix de Saint-Jacques saisies13 mai : Un monstre marin très rare apparaît et disparaît en Nouvelle-Zélande12 mai : Pneus immergés. La France fait marche arrière 11 mai : Concours Lépine : énergies alternatives et recyclage à l’honneur9 mai : Un champignon tueur d’insectes, le brevet qui dérange Monsanto7 mai : Pêche et aquaculture : on produit moins, on consomme plus 6 mai : Sauvetage en mer. Le Morbihan, le plus touché des départements bretons 5 mai : Pays-Bas. Des patates au sel contre la faim dans le monde 4 mai : Cuisine. Le combat d’un chef breton 2 mai : Avec un potentiel de 5 GW, le raz Blanchard est devenu le premier site hydrolien mondial en terme industrie30 avril : Prédador. Daurades royales tenues en respect 28 avril : Solar Impulse 2 survole la Chine 27 avril : Abeilles et bourdons sont irrésistiblement attirés par les pesticides qui les tuent24 avril : Langouste rouge. Une campagne de marquage 23 avril : Pêche illégale. L’UE met la pression sur la Thaïlande 22 avril : Plans d’actions pour le milieu marin : consultation du public sur les programmes de mesures 17 avril 2015 22 avril : Greffe. L’hémoglobine du ver marin bientôt testée sur le rein humain 21 avril : Une enquête ouverte après l’identification de la bactérie Xylella fastidiosa à Rungis20 avril : Tara. La goélette en visite pour trois jours en rivière de Pénerf 18 avril : Grandes marées. À vos paniers ! 17 avril : Rade de Brest et Aulne maritime. La mine d’or ! 16 avril : Transport. Au printemps le thonier Biche fait du fret 15 avril : Langouste rouge. Une campagne de marquage14 avril : Un gros déficit en eau menace la planète9 avril : Migration de la paruline rayée : un vol direct de 2800 km depuis la Nouvelle-Écosse8 avril : Il faudra des millénaires pour rétablir les écosystèmes marins
Accueil > Recettes > Par ordre alphabétique > Coques - Cuisson

Coques - Cuisson

Dernière mise à jour le mercredi 29 mai 2013

Il est très fréquent que l’on vous dise dans une recette : mettre 500/800 g de coques à ouvrir !
- qu’est-ce que cela veut dire ?


Faire ouvrir des coques :

C’est un geste culinaire facile quand on le connaît !

Première chose à faire : assurez-vous que vos coques sont propres !
- mettez-les dans de l’eau froide fortement salée (50 g/litre) et brassez-les plusieurs fois.
- laissez-les reposer environ 1/2 h, car durant ce temps il est très probable qu’elles auront le temps de s’ouvrir et de cracher d’éventuels résidus (sable par exemple).
- brassez-les à nouveau et rincez à plusieurs eaux.
- égouttez.

Si vous devez cuire moins de 600 g de coques, mettez la valeur de 60 ml d’eau dans le récipient ; si vous en avez plus de 600 g, il est inutile de rajouter de l’eau.
Cela mérite probablement une explication !
- si vous cuisez une bonne quantité de coquillages, ceux-ci ne manqueront pas de s’ouvrir rapidement dès qu’il seront incommodés par la chaleur, et donc leur jus s’écoulera dans le récipient en assez grosse quantité créant un milieu humide favorable à leur cuisson rapide.
- par contre si vous avez peu de coquillages à cuire, le fond du récipient chauffe très vite et quand le jus des coques arrive en contact il est immédiatement transformé en vapeur.... !

- prenez une casserole largement dimensionnée, mettez-la sur feu vif.
- déposez rapidement vos coques dans la casserole et couvrez-la.
- attendez 3 minutes avant d’ouvrir, et faites sauter vos coques à la manière d’une crêpe, de façon à ce que les premières ouvertes se retrouvent sur le dessus et les non-ouvertes dessous.
- continuez la cuisson 2 à 3 minutes supplémentaires à découvert en vérifiant si toutes les coques sont bien ouvertes en faisant sauter l’ensemble régulièrement.
coques cuisson 2e bouillon
- égouttez vos coques en prenant bien soin de garder le jus de cuisson pour un usage ultérieur (sauce blanche, potage, etc.), jus que vous passerez sur une étamine, du coton hydrophile ou un filtre à café, afin de le débarrasser d’éventuels grains de sable, ou de bouts de coquilles.

- vous pouvez les manger ainsi, nature, avec un bon bout de pain beurré.
- si vous devez les incorporer dans une autre préparation, décoquillez-les et réservez-les.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP