20 novembre : Penmarc’h. Un tapis de méduses 19 novembre : Baie de Saint-Brieuc. 87 t de Saint-Jacques pêchées à l’ouverture 18 novembre : Les pêcheurs plaisanciers lancent une pétition17 novembre : Pêche du bar. Un quota pour les plaisanciers ? 15 novembre : Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest14 novembre : Thon tropical. Une pêche en question 13 novembre : Thon rouge. Retour sous haute surveillance9 novembre : Culture d’algues à Moëlan. Le préfet rend sa décision aujourd’hui 9 novembre : Lecture crustacés le mardi 11 novembre9 novembre : Coquille à Port-en-Bessin. Des milliers de visiteurs sont à la fête 7 novembre : Coques et palourdes. Pêche interdite sur le gisement 6 novembre : L’okapi rejoint la liste rouge des espèces menacées5 novembre : Réchauffement climatique. Il faut agir vite 4 novembre : Pêche au bar. Les plaisanciers se rebiffent 3 novembre : La transition énergétique est aussi bénéfique pour l’environnement2 novembre : La forme des coquilles d’ammonites enfin expliquée... par la physique29 octobre : Palourdes : des mesures d’urgence pour les pêcheurs de Thau 23 octobre : Algues vertes. Elles n’ont plus leur place sur le sable de Guissény17 octobre : Innovation. Un projet de culture d’algues au large de Saint-Malo 16 octobre : Changement climatique : l’acidification des océans s’accélère14 octobre : Baie de Quiberon. Coquille St-Jacques : 1,2 million de naissains semés 13 octobre : Daurade royale. Elle explore les entrailles de la bête12 octobre : Le quota de bar 10 octobre : Les scientifiques de l’Iccat confirment le retour du thon rouge 9 octobre : Pêche à la coquille : les normands s’insurgent contre les pêcheurs irlandais, aperçus dans des zones fermées8 octobre : Ressources souterraines en eau : on en sait un peu plus sur le potentiel français7 octobre : Pêche : la Commission européenne propose une baisse des quotas d’espèces profondes 6 octobre : Bretagne. « Terminator » va se gaver de coques de bateaux
Accueil du site > Recettes > Par ordre alphabétique > Coques - Cuisson

Coques - Cuisson

Dernière mise à jour le mercredi 29 mai 2013

Il est très fréquent que l’on vous dise dans une recette : mettre 500/800 g de coques à ouvrir !
- qu’est-ce que cela veut dire ?


Faire ouvrir des coques :

C’est un geste culinaire facile quand on le connaît !

Première chose à faire : assurez-vous que vos coques sont propres !
- mettez-les dans de l’eau froide fortement salée (50 g/litre) et brassez-les plusieurs fois.
- laissez-les reposer environ 1/2 h, car durant ce temps il est très probable qu’elles auront le temps de s’ouvrir et de cracher d’éventuels résidus (sable par exemple).
- brassez-les à nouveau et rincez à plusieurs eaux.
- égouttez.

Si vous devez cuire moins de 600 g de coques, mettez la valeur de 60 ml d’eau dans le récipient ; si vous en avez plus de 600 g, il est inutile de rajouter de l’eau.
Cela mérite probablement une explication !
- si vous cuisez une bonne quantité de coquillages, ceux-ci ne manqueront pas de s’ouvrir rapidement dès qu’il seront incommodés par la chaleur, et donc leur jus s’écoulera dans le récipient en assez grosse quantité créant un milieu humide favorable à leur cuisson rapide.
- par contre si vous avez peu de coquillages à cuire, le fond du récipient chauffe très vite et quand le jus des coques arrive en contact il est immédiatement transformé en vapeur.... !

- prenez une casserole largement dimensionnée, mettez-la sur feu vif.
- déposez rapidement vos coques dans la casserole et couvrez-la.
- attendez 3 minutes avant d’ouvrir, et faites sauter vos coques à la manière d’une crêpe, de façon à ce que les premières ouvertes se retrouvent sur le dessus et les non-ouvertes dessous.
- continuez la cuisson 2 à 3 minutes supplémentaires à découvert en vérifiant si toutes les coques sont bien ouvertes en faisant sauter l’ensemble régulièrement. coques cuisson 2e bouillon
- égouttez vos coques en prenant bien soin de garder le jus de cuisson pour un usage ultérieur (sauce blanche, potage, etc.), jus que vous passerez sur une étamine, du coton hydrophile ou un filtre à café, afin de le débarrasser d’éventuels grains de sable, ou de bouts de coquilles.

- vous pouvez les manger ainsi, nature, avec un bon bout de pain beurré.
- si vous devez les incorporer dans une autre préparation, décoquillez-les et réservez-les.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP