20 août : Pêche à pied. Les quotas à respecter 19 août : La fin de la « guerre du hareng » entre l’UE et les îles Féroé18 août : Maison des dunes de Keremma. À la découverte des oiseaux de la baie 17 août : Grandes marées. La mer, qu’on voit baisser 16 août : Grandes marées. Joies et devoirs de la pêche à pied 13 août : Pêche. La coquille Saint-Jacques infectée par une toxine 13 août : Plouguerneau Écomusée. La flore des prés salés demain 11 août : Grandes marées. Le bon outil pour pêcher dans les règles 9 août : Langouste. Le sanctuaire sénan 8 août : Moins d’espèces jugées « nuisibles » en France7 août : Le P’tit Émile va traquer la langoustine 2 août : Tunisie : le mystérieux lac de "Gafsa Beach", miracle ou malédiction ? 31 juillet : Océans. Des méduses envahissantes 30 juillet : Charente. La phalange d’un grand dinosaure mis au jour 29 juillet : Littoral breton. Deux espèces de méduses repérées 26 juillet : Les méduses semblent vouloir s’installer définitivement en Méditerranée25 juillet : des millions d’anchois forment une marée noire24 juillet : Après la Bretagne, les algues vertes débarquent en Normandie23 juillet : Le minéral le plus abondant de la Terre s’appelle la bridgmanite21 juillet : La Rochelle. Manifestation de conchyliculteurs 17 juillet : Le plus vieux phare d’Ouessant mis en valeur par le Conservatoire du littoral15 juillet : Le dioxyde de soufre autorisé contre les frelons asiatiques14 juillet : Accueil Vie quotidienne Environnement Une petite mouche pour venir à bout du frelon asiatique 12 juillet : Bretagne Côtes-d’Armor Mer et littoral. La difficile conciliation des usages 11 juillet : l’oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord10 juillet : Dunes bretonnes. Pas si mal-en-point 9 juillet : Saint-Brieuc. Des amendes pour la pêche aux ormeaux 8 juillet : Bretagne Mer Mer et littoral. La difficile conciliation des usages 7 juillet : un rapport prone enfin de reglementer la haute mer
Accueil du site > Recettes > Par ordre alphabétique > Coques - Cuisson

Coques - Cuisson

Dernière mise à jour le mercredi 29 mai 2013

Il est très fréquent que l’on vous dise dans une recette : mettre 500/800 g de coques à ouvrir !
- qu’est-ce que cela veut dire ?


Faire ouvrir des coques :

C’est un geste culinaire facile quand on le connaît !

Première chose à faire : assurez-vous que vos coques sont propres !
- mettez-les dans de l’eau froide fortement salée (50 g/litre) et brassez-les plusieurs fois.
- laissez-les reposer environ 1/2 h, car durant ce temps il est très probable qu’elles auront le temps de s’ouvrir et de cracher d’éventuels résidus (sable par exemple).
- brassez-les à nouveau et rincez à plusieurs eaux.
- égouttez.

Si vous devez cuire moins de 600 g de coques, mettez la valeur de 60 ml d’eau dans le récipient ; si vous en avez plus de 600 g, il est inutile de rajouter de l’eau.
Cela mérite probablement une explication !
- si vous cuisez une bonne quantité de coquillages, ceux-ci ne manqueront pas de s’ouvrir rapidement dès qu’il seront incommodés par la chaleur, et donc leur jus s’écoulera dans le récipient en assez grosse quantité créant un milieu humide favorable à leur cuisson rapide.
- par contre si vous avez peu de coquillages à cuire, le fond du récipient chauffe très vite et quand le jus des coques arrive en contact il est immédiatement transformé en vapeur.... !

- prenez une casserole largement dimensionnée, mettez-la sur feu vif.
- déposez rapidement vos coques dans la casserole et couvrez-la.
- attendez 3 minutes avant d’ouvrir, et faites sauter vos coques à la manière d’une crêpe, de façon à ce que les premières ouvertes se retrouvent sur le dessus et les non-ouvertes dessous.
- continuez la cuisson 2 à 3 minutes supplémentaires à découvert en vérifiant si toutes les coques sont bien ouvertes en faisant sauter l’ensemble régulièrement. coques cuisson 2e bouillon
- égouttez vos coques en prenant bien soin de garder le jus de cuisson pour un usage ultérieur (sauce blanche, potage, etc.), jus que vous passerez sur une étamine, du coton hydrophile ou un filtre à café, afin de le débarrasser d’éventuels grains de sable, ou de bouts de coquilles.

- vous pouvez les manger ainsi, nature, avec un bon bout de pain beurré.
- si vous devez les incorporer dans une autre préparation, décoquillez-les et réservez-les.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP