20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Dernière mise à jour le jeudi 6 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 05 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Cela fera partie des très mauvaises années pour la Saint-Jacques en rade de Brest. Qualifiée de « médiocre » par le Comité des pêches à « très médiocres » par les marins-pêcheurs qui comparent les maigres apports à ce qu’ils ont déboursé pour obtenir leur licence (entre 3.080 et 3.136 €), cette campagne 2013-2014 qui s’achève le 27 mars sera l’une des plus mauvaises de l’histoire. Pour Joël Le Gall, du comité départemental de pêche, l’activité est soumise aux aléas de la météo et de Dame nature. « On ne peut pas gagner tous les ans ».

Moins nombreux plus puissants

Pour les marins-pêcheurs, la pilule est un peu amère avec un prix de licence qui finance le réensemencement assuré par l’écloserie du Tinduff. Sont-ils trop nombreux à retourner le fond de la rade de Brest ? « Le nombre de bateaux a considérablement diminué », observe-t-on au comité des pêches. « De 110 il y a encore quelques années, on est passé à 56 cette année », note le responsable des gisements coquilliers au comité des pêches. Oui mais les bateaux ont gagné en puissance et en efficacité. « On le sait parfaitement mais s’il ne s’agissait que de l’action des dragues sur le fond, cela ferait longtemps qu’on ne trouverait plus rien en rade ».

Deux années sans

À tous ceux qui pensent que le réensemencement de jeunes coquilles ne sert à rien, Joël Le Gall rappelle que justement, sur certains gisements, 75 % des coquilles pêchées sont issues de l’écloserie, un quart seulement provenant du renouvellement naturel. « Au vu des derniers prélèvements, on sait que l’année prochaine ne sera pas bonne non plus. On a deux classes d’âge qui ont sauté, avec moins de reproduction ou des taux de survie des jeunes coquilles (semées ou naturelles) plus bas. Les hivers très pluvieux et le mauvais temps y sont sûrement pour quelque chose. Les apports sont faibles mais de l’autre côté, les prix sont bons », tente de positiver Joël Le Gall. C’est surtout le pétoncle noir qui sauve la mise de nombreux coquilliers. Il n’y a que deux gisements en France, la rade de Brest et les abords de la Rochelle. Avec un prix moyen de 6,90 € le kilo sous criée, les prix du pétoncle noir se sont maintenus à un niveau record, avec un report d’effort de pêche conséquent en rade. Alors pour soulager les gisements de coquille qui ne sont pas au mieux de leur forme cette année, la pêche plus sélective et moins impactante, en plongée bouteille, se rappelle au bon souvenir (lire ci-dessous).

Deux mondes

Mais pour Joël le Gall, « Les deux pratiques ne sont pas du tout comparables, la plongée ne permettant pas collecter le même volume que les coquilliers. Je ne crois pas au développement de la plongée sur la coquille qui ne se vend pas au même niveau que l’ormeau ». Du côté du parc marin d’Iroise, pourtant attentif au développement des pratiques respectueuses des milieux, son directeur ne se prononce pas sur la question, « la rade de Brest ne faisant pas partie du parc marin ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP