22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Dernière mise à jour le jeudi 6 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 05 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Cela fera partie des très mauvaises années pour la Saint-Jacques en rade de Brest. Qualifiée de « médiocre » par le Comité des pêches à « très médiocres » par les marins-pêcheurs qui comparent les maigres apports à ce qu’ils ont déboursé pour obtenir leur licence (entre 3.080 et 3.136 €), cette campagne 2013-2014 qui s’achève le 27 mars sera l’une des plus mauvaises de l’histoire. Pour Joël Le Gall, du comité départemental de pêche, l’activité est soumise aux aléas de la météo et de Dame nature. « On ne peut pas gagner tous les ans ».

Moins nombreux plus puissants

Pour les marins-pêcheurs, la pilule est un peu amère avec un prix de licence qui finance le réensemencement assuré par l’écloserie du Tinduff. Sont-ils trop nombreux à retourner le fond de la rade de Brest ? « Le nombre de bateaux a considérablement diminué », observe-t-on au comité des pêches. « De 110 il y a encore quelques années, on est passé à 56 cette année », note le responsable des gisements coquilliers au comité des pêches. Oui mais les bateaux ont gagné en puissance et en efficacité. « On le sait parfaitement mais s’il ne s’agissait que de l’action des dragues sur le fond, cela ferait longtemps qu’on ne trouverait plus rien en rade ».

Deux années sans

À tous ceux qui pensent que le réensemencement de jeunes coquilles ne sert à rien, Joël Le Gall rappelle que justement, sur certains gisements, 75 % des coquilles pêchées sont issues de l’écloserie, un quart seulement provenant du renouvellement naturel. « Au vu des derniers prélèvements, on sait que l’année prochaine ne sera pas bonne non plus. On a deux classes d’âge qui ont sauté, avec moins de reproduction ou des taux de survie des jeunes coquilles (semées ou naturelles) plus bas. Les hivers très pluvieux et le mauvais temps y sont sûrement pour quelque chose. Les apports sont faibles mais de l’autre côté, les prix sont bons », tente de positiver Joël Le Gall. C’est surtout le pétoncle noir qui sauve la mise de nombreux coquilliers. Il n’y a que deux gisements en France, la rade de Brest et les abords de la Rochelle. Avec un prix moyen de 6,90 € le kilo sous criée, les prix du pétoncle noir se sont maintenus à un niveau record, avec un report d’effort de pêche conséquent en rade. Alors pour soulager les gisements de coquille qui ne sont pas au mieux de leur forme cette année, la pêche plus sélective et moins impactante, en plongée bouteille, se rappelle au bon souvenir (lire ci-dessous).

Deux mondes

Mais pour Joël le Gall, « Les deux pratiques ne sont pas du tout comparables, la plongée ne permettant pas collecter le même volume que les coquilliers. Je ne crois pas au développement de la plongée sur la coquille qui ne se vend pas au même niveau que l’ormeau ». Du côté du parc marin d’Iroise, pourtant attentif au développement des pratiques respectueuses des milieux, son directeur ne se prononce pas sur la question, « la rade de Brest ne faisant pas partie du parc marin ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP