15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Coquille Saint-Jacques. Médiocre campagne

Dernière mise à jour le jeudi 6 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 05 Fevrier 2014
Visualiser l’article original



Cela fera partie des très mauvaises années pour la Saint-Jacques en rade de Brest. Qualifiée de « médiocre » par le Comité des pêches à « très médiocres » par les marins-pêcheurs qui comparent les maigres apports à ce qu’ils ont déboursé pour obtenir leur licence (entre 3.080 et 3.136 €), cette campagne 2013-2014 qui s’achève le 27 mars sera l’une des plus mauvaises de l’histoire. Pour Joël Le Gall, du comité départemental de pêche, l’activité est soumise aux aléas de la météo et de Dame nature. « On ne peut pas gagner tous les ans ».

Moins nombreux plus puissants

Pour les marins-pêcheurs, la pilule est un peu amère avec un prix de licence qui finance le réensemencement assuré par l’écloserie du Tinduff. Sont-ils trop nombreux à retourner le fond de la rade de Brest ? « Le nombre de bateaux a considérablement diminué », observe-t-on au comité des pêches. « De 110 il y a encore quelques années, on est passé à 56 cette année », note le responsable des gisements coquilliers au comité des pêches. Oui mais les bateaux ont gagné en puissance et en efficacité. « On le sait parfaitement mais s’il ne s’agissait que de l’action des dragues sur le fond, cela ferait longtemps qu’on ne trouverait plus rien en rade ».

Deux années sans

À tous ceux qui pensent que le réensemencement de jeunes coquilles ne sert à rien, Joël Le Gall rappelle que justement, sur certains gisements, 75 % des coquilles pêchées sont issues de l’écloserie, un quart seulement provenant du renouvellement naturel. « Au vu des derniers prélèvements, on sait que l’année prochaine ne sera pas bonne non plus. On a deux classes d’âge qui ont sauté, avec moins de reproduction ou des taux de survie des jeunes coquilles (semées ou naturelles) plus bas. Les hivers très pluvieux et le mauvais temps y sont sûrement pour quelque chose. Les apports sont faibles mais de l’autre côté, les prix sont bons », tente de positiver Joël Le Gall. C’est surtout le pétoncle noir qui sauve la mise de nombreux coquilliers. Il n’y a que deux gisements en France, la rade de Brest et les abords de la Rochelle. Avec un prix moyen de 6,90 € le kilo sous criée, les prix du pétoncle noir se sont maintenus à un niveau record, avec un report d’effort de pêche conséquent en rade. Alors pour soulager les gisements de coquille qui ne sont pas au mieux de leur forme cette année, la pêche plus sélective et moins impactante, en plongée bouteille, se rappelle au bon souvenir (lire ci-dessous).

Deux mondes

Mais pour Joël le Gall, « Les deux pratiques ne sont pas du tout comparables, la plongée ne permettant pas collecter le même volume que les coquilliers. Je ne crois pas au développement de la plongée sur la coquille qui ne se vend pas au même niveau que l’ormeau ». Du côté du parc marin d’Iroise, pourtant attentif au développement des pratiques respectueuses des milieux, son directeur ne se prononce pas sur la question, « la rade de Brest ne faisant pas partie du parc marin ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP