21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été 29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque
Accueil > Actualités de la mer > Coquille saint Jacques, Encore un peu de patience

Coquille saint Jacques, Encore un peu de patience

Dernière mise à jour le jeudi 22 octobre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 21 octobre 2015
[Visualiser l’article original->http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/coquille-encore-un-peu-de-patience-21-10-2015-10820574.php


La drague a commencé en rade mais, pour le moment, sans sa star. Alors que les coquilliers ont commencé à travailler la praire et le pétoncle noir, la Saint-Jacques n’est toujours pas montée sur scène. Même si certains gisements sont sur le point de rouvrir.
Verra-t-on bientôt le bout du tunnel en matière d’interdiction de pêche à la coquille Saint-Jacques en rade de Brest, frappée d’un taux trop important de toxine ASP ? Ce taux, monté à un niveau record en mars 2014 (plus de 800 microgrammes par gramme de chair), est bien redescendu mais pas encore suffisamment pour rouvrir la pêche. La dynamique de décontamination est rapide, au début, mais ralentit au moment d’évacuer les dernières traces. Le phénomène a déjà été observé, ces dernières années, sur les gisements des Glénans ou de la baie de Quiberon.
Une micro-algue
Cette intoxication des coquillages et, particulièrement, de la coquille Saint-Jacques, qui peine (contrairement au pétoncle) à se débarrasser de cette toxine, provient d’une micro-algue de type pseudonitzschia. Cette micro-algue, ingérée par la coquille, est à l’origine de cette toxine, dite « ASP » (Amnesic shellfish Poison), une substance à prendre très au sérieux par les consommateurs
qui bravent l’interdiction.
Baisse régulière

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP