http://www.letelegramme.fr/ ]" - 28 octobre 2014 Visualiser l’article original La saison de la (...)" />

21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Dernière mise à jour le samedi 15 novembre 2014

Article paru
sur le site "[-Le Télégramme>http://www.letelegramme.fr/
]" - 28 octobre 2014
Visualiser l’article original



La saison de la coquille saint-jacques en rade de Brest marchera sur deux de ses trois pistons : la praire et le pétoncle noir. Le troisième et le plus important de la récolte hivernale, la coquille saint-jacques, semble bien compromis, cette année, à cause d’un taux record de toxine amnésiante (ASP).
Sur les 50 bateaux qui ont obtenu cette année leur licence (53 l’année dernière) moins de la moitié a commencé à draguer le fond de la rade. Entre 15 et 20 bateaux ont ainsi démarré la saison autour de la praire et du pétoncle noir, non concernés par la concentration de toxine issue du phytoplancton qui touche la coquille saint-jacques.
Les autres profitent de la très belle arrière-saison pour continuer la ligne, le filet ou le goémon. Le beau temps retarde l’arrivée des petits bateaux en rade. Assistera-t-on cet hiver à un rush sur la praire et le pétoncle noir ? Les armements vont chercher à rentabiliser les 3.000 € de licence encore déboursés cette année, même si certains ont déjà remis des dossiers de compensation aux instances officielles.
Une année sans Peu de chance, donc, de titiller la coquille de la rade, cette année, en raison d’un taux de toxine (440 milligrammes par kilo de chair) bien au-delà des 250 qui autoriserait la récolte avec décorticage.
Le taux, qui était bien plus important au printemps (plus de deux fois la mesure d’aujourd’hui), redescend tout doucement. Du coup, les seuils de 250 et a fortiori des 20 mg qui permettent la commercialisation de la coquille entière fraîche, paraissent très éloignés.
Mise à part la dernière semaine de pêche (en mars), la saison précédente avait été épargnée par le phénomène.
Tous les gisements du sud du département étaient touchés par la toxine amnésiante (l’ASP), sauf la rade, épargnée avec les gisements au large et la baie de Morlaix. Elle restera chère

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP