http://www.letelegramme.fr/ ]" - 28 octobre 2014 Visualiser l’article original La saison de la (...)" />

25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Dernière mise à jour le samedi 15 novembre 2014

Article paru
sur le site "[-Le Télégramme>http://www.letelegramme.fr/
]" - 28 octobre 2014
Visualiser l’article original



La saison de la coquille saint-jacques en rade de Brest marchera sur deux de ses trois pistons : la praire et le pétoncle noir. Le troisième et le plus important de la récolte hivernale, la coquille saint-jacques, semble bien compromis, cette année, à cause d’un taux record de toxine amnésiante (ASP).
Sur les 50 bateaux qui ont obtenu cette année leur licence (53 l’année dernière) moins de la moitié a commencé à draguer le fond de la rade. Entre 15 et 20 bateaux ont ainsi démarré la saison autour de la praire et du pétoncle noir, non concernés par la concentration de toxine issue du phytoplancton qui touche la coquille saint-jacques.
Les autres profitent de la très belle arrière-saison pour continuer la ligne, le filet ou le goémon. Le beau temps retarde l’arrivée des petits bateaux en rade. Assistera-t-on cet hiver à un rush sur la praire et le pétoncle noir ? Les armements vont chercher à rentabiliser les 3.000 € de licence encore déboursés cette année, même si certains ont déjà remis des dossiers de compensation aux instances officielles.
Une année sans Peu de chance, donc, de titiller la coquille de la rade, cette année, en raison d’un taux de toxine (440 milligrammes par kilo de chair) bien au-delà des 250 qui autoriserait la récolte avec décorticage.
Le taux, qui était bien plus important au printemps (plus de deux fois la mesure d’aujourd’hui), redescend tout doucement. Du coup, les seuils de 250 et a fortiori des 20 mg qui permettent la commercialisation de la coquille entière fraîche, paraissent très éloignés.
Mise à part la dernière semaine de pêche (en mars), la saison précédente avait été épargnée par le phénomène.
Tous les gisements du sud du département étaient touchés par la toxine amnésiante (l’ASP), sauf la rade, épargnée avec les gisements au large et la baie de Morlaix. Elle restera chère

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP