http://www.letelegramme.fr/ ]" - 28 octobre 2014 Visualiser l’article original La saison de la (...)" />

13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Coquille saint-jacques. La pêche reste suspendue en rade de Brest

Dernière mise à jour le samedi 15 novembre 2014

Article paru
sur le site "[-Le Télégramme>http://www.letelegramme.fr/
]" - 28 octobre 2014
Visualiser l’article original



La saison de la coquille saint-jacques en rade de Brest marchera sur deux de ses trois pistons : la praire et le pétoncle noir. Le troisième et le plus important de la récolte hivernale, la coquille saint-jacques, semble bien compromis, cette année, à cause d’un taux record de toxine amnésiante (ASP).
Sur les 50 bateaux qui ont obtenu cette année leur licence (53 l’année dernière) moins de la moitié a commencé à draguer le fond de la rade. Entre 15 et 20 bateaux ont ainsi démarré la saison autour de la praire et du pétoncle noir, non concernés par la concentration de toxine issue du phytoplancton qui touche la coquille saint-jacques.
Les autres profitent de la très belle arrière-saison pour continuer la ligne, le filet ou le goémon. Le beau temps retarde l’arrivée des petits bateaux en rade. Assistera-t-on cet hiver à un rush sur la praire et le pétoncle noir ? Les armements vont chercher à rentabiliser les 3.000 € de licence encore déboursés cette année, même si certains ont déjà remis des dossiers de compensation aux instances officielles.
Une année sans Peu de chance, donc, de titiller la coquille de la rade, cette année, en raison d’un taux de toxine (440 milligrammes par kilo de chair) bien au-delà des 250 qui autoriserait la récolte avec décorticage.
Le taux, qui était bien plus important au printemps (plus de deux fois la mesure d’aujourd’hui), redescend tout doucement. Du coup, les seuils de 250 et a fortiori des 20 mg qui permettent la commercialisation de la coquille entière fraîche, paraissent très éloignés.
Mise à part la dernière semaine de pêche (en mars), la saison précédente avait été épargnée par le phénomène.
Tous les gisements du sud du département étaient touchés par la toxine amnésiante (l’ASP), sauf la rade, épargnée avec les gisements au large et la baie de Morlaix. Elle restera chère

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP