14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Coquilles Saint-Jacques. Empoisonnante toxine

Coquilles Saint-Jacques. Empoisonnante toxine

Dernière mise à jour le jeudi 29 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Janvier 2015
Visualiser l’article original



C’est une saison blanche pour la récolte de coquilles Saint-Jacques en rade de Brest.
La faute à une toxine aux propriétés amnésiantes, présente en trop grande quantité dans une coquille qui peine à s’en débarrasser.
D’ailleurs, pas sûr que la prochaine saison soit sauvée !
L’apparition du phénomène. Parmi les milliers d’espèces de micro-algues en suspension dans l’eau de mer, il en est une, le pseudo nitzschia australis qui préoccupe particulièrement la communauté scientifique. Identifié il y a une vingtaine d’années autour du continent australien (d’où son nom), ce phytoplanction toxique a engendré une grave intoxication, en 1987, sur l’île du Prince Édouard au Canada (rive sud du Golfe du Saint-Laurent), touchant une centaine de personnes ayant consommé des moules lourdement contaminées. Ce premier cas avéré a entraîné la mort d’au moins quatre personnes et des troubles neurologiques divers pour les autres : perte de mémoire immédiate et temporaire mais aussi altérations plus graves des facultés avec nécroses de certains tissus du cerveau (hippocampe).
Des concentrations significatives pour les côtes bretonnes ont été enregistrées sur les gisements du sud avec une baie de Quiberon et une zone des Glénan fermées à la pêche pendant plusieurs années. Jusqu’à présent, les baies de Douarnenez et la rade de Brest passaient globalement au travers de la menace, avec de faibles poussées aux beaux jours en dehors des jours de pêche.
Mais les choses ont bougé depuis 2004. En 2014, pour une raison que n’expliquent pas encore complètement les scientifiques, la rade de Brest a enregistré durant l’été un record absolu de concentration de cette toxine dans les coquilles, jusqu’à 861 milligrammes par kilo de chair, soit plus de 40 fois le seuil admis (jusqu’à 20 mg par kg de chair) pour la commercialisation de la coquille entière.
Le traitement du problème. Pas grand chose à faire, « qu’attendre que la toxine soit naturellement évacuée par la coquille Saint-Jacques », explique Dominique Le Gal qui travaille sur le sujet depuis 1999 au laboratoire d’Ifremer à Concarneau.
Contrairement aux autres coquillages qui évacuent plus rapidement cette toxine, la coquille met un certain temps à relâcher la substance toxique qui finit par coloniser la gonade et le muscle par forte concentration. « De 861 mg cet été, on est descendu à 282 mg aujourd’hui. Trop haut encore pour autoriser le décorticage (250 mg). Il faut des semaines, voire des mois, pour que les coquilles se défassent des dernières traces, les plus difficiles à évacuer », indique-t-il.....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP