25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Coquilles vides. Nettoyées en Chine...puis retour en Bretagne (...)

Coquilles vides. Nettoyées en Chine...puis retour en Bretagne !

Dernière mise à jour le jeudi 11 décembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 décembre 2014
Visualiser l’article original



Des millions de coquilles Saint-Jacques vides sortent chaque année de l’usine de décorticage Celtarmor, à Saint-Quay.
Une partie d’entre elles part en Chine pour un nettoyage en règle avant de revenir se faire garnir en Bretagne. Une incongruité selon la collectivité, qui souhaite relocaliser cette activité.
Ce lundi, ouverture pour la coquille des Glénan À peine sorties du four, encore fumantes devant la tablée familiale, les coquilles Saint-Jacques concoctées chez Celtigel ont tout d’un mets de choix pour un repas de Noël gourmand. Les convives sauront-ils alors que les creux de coquilles en calcaire où se mêlent sauce et noix ont peut-être fait un voyage, aller et retour, de Saint-Quay-Portrieux jusqu’en Chine...
Surprenant ? C’est pourtant bien le cas de millions de spécimens, qui, à la sortie de l’usine de décorticage Celtarmor, prennent l’air sur le port dans de grands sacs blancs, avant de traverser les océans, sur un cargo. Là-bas, elles sont nettoyées avant de revenir se faire remplir à l’usine de plats préparés Celtigel, à Plélo. Toutes ne sont pas « washed in China ». Sur les 10 millions d’unités qui sortent de l’usine de décorticage détenue à 60 % par le Groupe Le Graët et à 40 % par les pêcheurs de la coopérative Cobrenord, une partie file vers l’Établissement et service d’aide par le travail (Esat) des Ateliers alréens, à Auray (56), une autre vers l’entreprise Embaljet, basée à Plouguerneau (29). « Une question de coût »

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP