20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Cormorans : le ton monte entre pêcheurs et LPO

Cormorans : le ton monte entre pêcheurs et LPO

Dernière mise à jour le vendredi 1er novembre 2013

Article paru
sur le site "La Nouvelle république" - 30 octobre 2013
Visualiser l’article original



L’annulation d’une battue administrative de régulation des cormorans provoque une tension entre la Ligue de protection des oiseaux et les pêcheurs.

Le grand cormoran, casus belli entre la LPO et la Fédération de pêche ? On n’en est pas encore là mais on s’en approche… La multiplication de cet oiseau appartenant à une espèce protégée est dénoncée depuis quelques années par les pêcheurs qui lui attribuent des dégâts sur les populations de poissons. Mais de l’autre côté, la LPO et l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) défendent bec et ongles l’interdiction de chasser le cormoran.

Dernier épisode en date, l’annulation d’un arrêté préfectoral autorisant une battue sur Langeais, Cinq-Mars et La Chapelle-aux-Naux. Elle était prévue pour le samedi 26 octobre. « Les quotas autorisés sur l’Indre-et-Loire pour 2013 sont de 1.000 cormorans », explique Jean-Luc Chaumier, directeur adjoint de la DDT (Direction départementale des territoires). Or, il semble que l’oiseau ait proliféré de manière importante sur ces trois communes. D’où la battue projetée. Pourquoi l’avoir annulée ? « Il n’y a pas urgence et nous voulons recompter les populations », confie M. Chaumier.
Bien évidemment, la LPO se félicite de cette annulation : une trentaine de bénévoles s’était mobilisée samedi sur place pour empêcher la battue, arguant que toutes les espèces d’oiseaux auraient été dérangées par les tirs et que la zone est peu concernée par les dégâts de pisciculture impliquant les cormorans.
Du côté de la Fédération de pêche, on est tout aussi évidemment pas de cet avis : « Je m’insurge contre cette annulation et les propos de la LPO », tempête Jacky Marquet, son président. « Tout le monde sait qu’aujourd’hui il y a trop de cormorans et que cela génère des dégâts aux poissons. Qui est à l’origine de cette annulation ? Si c’est la LPO, nous allons réagir fermement : nous en avons assez ! Nous sommes partenaires avec elle sur certaines actions et si cela continue, nous allons cesser toute collaboration… »
A la DDT, on voudrait bien calmer le jeu : « On aimerait réunir tous les partenaires autour d’une table pour parler comme on le fait pour l’outard

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP