15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > Crépidule. La nouvelle pépite de la mer

Crépidule. La nouvelle pépite de la mer

Dernière mise à jour le mardi 10 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original



La crépidule, considérée jusqu’à présent comme un coquillage invasif, notamment dans la baie du Mont Saint-Michel, part à la conquête des assiettes.

L’expérimentation a réussi. Pour l’heure, c’est la barge ostréicole « Papy » armée par le Comité Régional de Conchyliculture de la Bretagne Nord qui récolte les crépidules. Deux mâts actionnent des dragues de 2 à 3 mètres de large qui sont trainés sur 300 m et relèvent de 12 à 15 tonnes par jour de coquillages. Ceux-ci sont lavés à bord puis débarqués au Vivier-sur-Mer (35). Direction ensuite le camion frigorifique et le laboratoire de la société SLP qui a mis au point l’extraction à froid des chairs sans les détériorer.

Le sujet est évoqué depuis plusieurs décennies et était au coeur d’un forum à Cancale (35) vendredi dernier. Il manquait un procédé technique qui soit applicable industriellement. C’est chose faite. La chair représente environ 15 % du poids récolté et présente des qualités nutritives et gustatives. Reste les coquilles qui trouvent un débouché en matériau drainant ou en amendement. La ressource est suffisamment abondante et se reproduit rapidement. La baie du Mont Saint-Michel avec 230.000 tonnes estimées est avec celle de Saint-Brieuc (22) l’une des plus envahies.

30.000 tonnes par an
Le marché est évalué à 30.000 tonnes par an. La Chine, le Japon et les États-Unis sont a priori friands de cette « pépite ou berlingot de la mer ». Chaîne du froid oblige et volonté des élus locaux, la filière devrait se développer sur place. Il reste à se doter de l’outil industriel capable de traiter 20 à 40 tonnes par jour : collecte, extraction, stockage. Un tour de table à 500.000 € de fonds est recherché ainsi qu’un soutien pour la « mise en marché internationale »

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP