27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Actualités de la mer > Crépidule. Une pépite à valoriser

Crépidule. Une pépite à valoriser

Dernière mise à jour le jeudi 22 septembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 21 Septembre 2016
Visualiser l’article original


Jusqu’à ce qu’Atlantic Limpet Development (ALD) dépose son bilan le 2 août dernier, la société basée à Cancale exploitait le berlingot de mer, également appelé crépidule : un petit coquillage rond se rapprochant de la coque ou de la palourde. Malgré sa déconvenue économique, Pierrick Clément, le P-DG d’ALD, croit en l’avenir de cette filière.

En plein coeur de l’été, la nouvelle est tombée comme une pierre : la société ALD dépose le bilan le 2 août directement et sans même passer par la voie d’un redressement judiciaire. On se souvient des présentations qui avaient réuni les collectivités locales, l’État, les investisseurs et les entrepreneurs, tous convaincus par un projet qui semblait avoir tout pour lui. Pierrick Clément, le P-DG d’ALD n’en fait pas mystère. « On a manqué de cash, il n’y avait plus d’actifs suffisants même pour passer en redressement ». L’aventure avait commencé en 2008.
Un investissement privé de 2 M€ et public d’1 M€ entre État et collectivités territoriales ont permis d’aboutir à un process et un outil industriels adaptés. Alors que s’est-il passé ? Et surtout, faut-il jeter le mollusque avec l’eau du bain ? Quel est l’avenir de cette filière ?
Sur les rails industriels

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP