23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Crépidule. Une pépite à valoriser

Crépidule. Une pépite à valoriser

Dernière mise à jour le jeudi 22 septembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 21 Septembre 2016
Visualiser l’article original


Jusqu’à ce qu’Atlantic Limpet Development (ALD) dépose son bilan le 2 août dernier, la société basée à Cancale exploitait le berlingot de mer, également appelé crépidule : un petit coquillage rond se rapprochant de la coque ou de la palourde. Malgré sa déconvenue économique, Pierrick Clément, le P-DG d’ALD, croit en l’avenir de cette filière.

En plein coeur de l’été, la nouvelle est tombée comme une pierre : la société ALD dépose le bilan le 2 août directement et sans même passer par la voie d’un redressement judiciaire. On se souvient des présentations qui avaient réuni les collectivités locales, l’État, les investisseurs et les entrepreneurs, tous convaincus par un projet qui semblait avoir tout pour lui. Pierrick Clément, le P-DG d’ALD n’en fait pas mystère. « On a manqué de cash, il n’y avait plus d’actifs suffisants même pour passer en redressement ». L’aventure avait commencé en 2008.
Un investissement privé de 2 M€ et public d’1 M€ entre État et collectivités territoriales ont permis d’aboutir à un process et un outil industriels adaptés. Alors que s’est-il passé ? Et surtout, faut-il jeter le mollusque avec l’eau du bain ? Quel est l’avenir de cette filière ?
Sur les rails industriels

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP