19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec 5 mars : Norrd-Finistère. Un très vieux coquillage découvert
Accueil > Actualités de la mer > Cuisine. Le combat d’un chef breton

Cuisine. Le combat d’un chef breton

Dernière mise à jour le lundi 4 mai 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 03 Mai 2015
Visualiser l’article original



Passionné par les épices, connu pour son goût du bio et du commerce équitable, Olivier Roellinger s’est lancé dans une nouvelle cause : une cuisine qui respecte la préservation de la ressource halieutique. Interview. Vous venez de présider, au lycée hôtelier de Dinard (35), le jury du concours « Olivier Roellinger - pour la préservation des ressources de la mer ». Quel sentiment vous laissent ces jeunes cuisiniers venus de toute la France ? Ils nous ont vraiment bluffés avec leurs plats et leur engagement environnemental. Ce sont de formidables ambassadeurs pétris d’écologie. La mer n’est pas un grand aquarium inépuisable dans lequel on se sert. À travers son métier, le cuisinier doit faire vivre ses convictions politiques. Je veux donner une dimension européenne à ce concours. Ainsi chaque pays pourra prendre ses responsabilités en relation avec la mer qui le baigne, la Grèce, l’Italie, l’Espagne et la France autour de la Méditerranée ; le Portugal, l’Espagne et la France pour l’Atlantique ; et de même pour la Manche et la Mer du Nord. Si les politiques n’arrivent pas à faire l’Europe, les cuisiniers montreront qu’ils peuvent la faire. En tant que vice-président des Relais & Châteaux, présents dans 60 pays, vous avez déjà enregistré une victoire... En 2009, à Biarritz, j’ai effectivement réussi à faire signer l’engagement à tous les cuisiniers des Relais et Châteaux, y compris les Japonais, de ne plus servir de thon rouge dans leurs établissements à partir du 1e r janvier 2010. Selon vous, durabilité ne rime pas avec noblesse du poisson. Mais qu’est-ce qu’un poisson noble ?

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP