25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Cuisine. Le combat d’un chef breton

Cuisine. Le combat d’un chef breton

Dernière mise à jour le lundi 4 mai 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 03 Mai 2015
Visualiser l’article original



Passionné par les épices, connu pour son goût du bio et du commerce équitable, Olivier Roellinger s’est lancé dans une nouvelle cause : une cuisine qui respecte la préservation de la ressource halieutique. Interview. Vous venez de présider, au lycée hôtelier de Dinard (35), le jury du concours « Olivier Roellinger - pour la préservation des ressources de la mer ». Quel sentiment vous laissent ces jeunes cuisiniers venus de toute la France ? Ils nous ont vraiment bluffés avec leurs plats et leur engagement environnemental. Ce sont de formidables ambassadeurs pétris d’écologie. La mer n’est pas un grand aquarium inépuisable dans lequel on se sert. À travers son métier, le cuisinier doit faire vivre ses convictions politiques. Je veux donner une dimension européenne à ce concours. Ainsi chaque pays pourra prendre ses responsabilités en relation avec la mer qui le baigne, la Grèce, l’Italie, l’Espagne et la France autour de la Méditerranée ; le Portugal, l’Espagne et la France pour l’Atlantique ; et de même pour la Manche et la Mer du Nord. Si les politiques n’arrivent pas à faire l’Europe, les cuisiniers montreront qu’ils peuvent la faire. En tant que vice-président des Relais & Châteaux, présents dans 60 pays, vous avez déjà enregistré une victoire... En 2009, à Biarritz, j’ai effectivement réussi à faire signer l’engagement à tous les cuisiniers des Relais et Châteaux, y compris les Japonais, de ne plus servir de thon rouge dans leurs établissements à partir du 1e r janvier 2010. Selon vous, durabilité ne rime pas avec noblesse du poisson. Mais qu’est-ce qu’un poisson noble ?

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP