19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > DCNS. Scaphandrier, l’homme à tout faire des fonds marins

DCNS. Scaphandrier, l’homme à tout faire des fonds marins

Dernière mise à jour le jeudi 24 octobre 2013

Article paru
sur le site "sept jours à Brest" - 23 octobre 2013
Visualiser l’article original



Avant, Christophe Marchadour était électricien. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, il est plongeur scaphandrier à DCNS, à Brest. À l’origine de ce changement de voie ? Sa passion pour la plongée sous-marine. « Je plonge depuis l’âge de 9 ans. J’ai d’abord fait l’école des apprentis à DCNS, en 1996, explique-t-il. Cela m’a permis de devenir électricien, mais en 2006, j’ai pu faire la formation de plongeurs scaphandriers à Marseille. Ce métier m’a toujours fasciné, surtout le mythe du « pieds lourds » (scaphandres lestés, utilisés depuis les débuts de la plongée en scaphandres, NDLR) ».

Pendant 11 semaines, Christophe apprend donc les bases du métier de scaphandrier. « On nous apprend surtout à plonger en sécurité et à manipuler le matériel de plongée. On touche très peu aux outils finalement ». Pour ce qui concerne le travail sur le terrain, les plongeurs apprennent sur le tas.

De multiples compétences

Et il faut bien l’admettre, le plongeur scaphandrier doit être capable de mettre en pratique une multitude de compétences. « Nous effectuons, entre autres choses, des travaux sous-marins sur des navires ». Carottage, forage, coffrage, montage mécanique, découpage, Christophe et ses collègues ont des compétences dans presque tous les corps de métier du bâtiment. Mais ce n’est pas tout. « On est aussi amené à filmer ce qui se passe sous coque pour des expertises. On devient l’oeil et les mains de l’expert ».

200 plongées par an

À Brest, le service des travaux sous-marins de DCNS compte dix plongeurs scaphandriers et quatre mécaniciens qui ont aussi le rôle de surveillant de plongée. Chaque scaphandrier effectue en moyenne 200 plongées par an. « En une journée, on ne peut pas passer plus de trois heures sous l’eau, raconte Christophe Marchadour. Au total, on peut faire deux plongées maximum dans la journée ».

Lors de chaque plongée, le procédé est toujours le même. Immuable. Un scaphandrier plonge et effectue le travail sous l’eau, un surveillant de plongée est en surface et contrôle que tout va bien et un plongeur de secours est prêt à intervenir en cas de problème. « La préparation des interventions en amont est très importante pour pallier à toute éventualité. Cela implique d’avoir une bonne hygiène de vie pour ne pas arriver fatigué au boulot et qu’on soit en bonne forme physique ».

Précision importante, le plongeur peut avoir à soulever jusqu’à 60 kilos de matériel. « Le casque le plus lourd pèse 13 kilos et on a en plus la combinaison, le gilet, le plomb pour se lester et les bouteilles à oxygène de secours ». Comme le scaphandrier de 33 ans aime à le rappeler, soulever tout ce poids à sec, « ça pique ! »

Eau à 6 degrés et 3 cm de visibilité

Si les risques sont réduits au maximum, les plongeurs scaphandriers de DCNS doivent parfois travailler dans des conditions assez difficiles. « L’hiver est une période toujours plus dure pour nous, observe Christophe. Par exemple il nous est arrivé, notamment à l’arsenal de Lorient, de nous retrouver pendant trois heures dans une eau à 6 degrés, avec une visibilité de 3 cm et un courant de 4 noeuds ». Là aussi, « ça pique ! ».

Et à Brest ? La cité du Ponant a aussi ses coins tortueux. « On fait du déplacement de charges dans les canalisations des bassins de la Penfeld. Il ne faut pas être claustrophobe, avoir du sang-froid et surtout ne pas être tête brûlée ».

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP