25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les (...)

Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les frais de la marée noire de 2010

Dernière mise à jour le mardi 10 avril 2012

Article paru sur le site "Zegreenweb.com" - Mercredi 28 Mars 2012
Visualiser l’article original



Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les frais de la marée noire de 2010

par Laura Béheulière

Dauphins gravement malades et coraux en danger de mort : deux ans après, la marée noire qui a suivi l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, dans le Golfe du Mexique, continue à faire des ravages.

C’était il y a presque deux ans. Le 20 avril 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, louée par le groupe britannique BP, était le théâtre d’une explosion dans le Golfe du Mexique. Les Etats-Unis ont ensuite connu la plus grande marée noire de leur histoire ainsi qu’un désastre écologique dont l’ampleur exacte ne sera certainement jamais connue. Poissons, mammifères marins et oiseaux : au total, des centaines d’espèces animales en ont pâti, et aujourd’hui encore, de nombreux animaux demeurent en danger.

Depuis février 2010, plus de 675 dauphins se sont échoués dans le nord du Golfe du Mexique, soit beaucoup plus que la moyenne annuelle de 74 échouages. Une recrudescence qui a alerté la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), laquelle a décidé de mener l’enquête. Des biologistes de l’organisation ont donc effectué les examens médicaux complets de 32 dauphins de la baie de Barataria l’été dernier. Le résultat est accablant : « La plupart d’entre eux souffrent d’une insuffisance pondérale, d’anémie, d’hypoglycémie et présentent des symptômes de maladies hépatiques et pulmonaires. Près de la moitié ont également des niveaux anormalement bas d’hormones antistress et qui participent à la défense du système immunitaire », rapportent les scientifiques sur le site Internet de la NOAA. Ils craignent que certains de ces dauphins, à la santé désormais hautement fragile, ne survivent pas. L’un des 32 dauphins étudiés a d’ailleurs été retrouvé mort en début d’année.

Tout un écosystème impacté

Les mammifères marins ne sont malheureusement pas les seules victimes de la déferlante d’hydrocarbures consécutive à l’explosion de Deepwater Horizon. Après des mois d’analyses en laboratoire, d’autres scientifiques affirment en effet que le pétrole de BP est bien responsable de la mort lente d’une communauté de coraux colorés des eaux profondes du Golfe du Mexique, a révélé le Huffington Post. D’après eux, les analyses chimiques des échantillons prélevés fin 2010 prouvent que le pétrole provenant du puits Macondo a bien dévasté les coraux vivant à environ 7 miles (environ 11 km) au sud-ouest de son emplacement. Les coraux blessés et mourants ne seraient plus que des squelettes mis à nu et recouverts d’une épaisse matière brune et duveteuse. « C’était comme un cimetière de coraux », a commenté Erik Cordes, un biologiste cité par nos confrères américains et qui est descendu en sous-marin sur le site des recherches.

Alors que les études de ce type se multiplient et incriminent BP, une importante fuite de gaz en provenance d’une plate-forme appartenant à Total au large de l’Ecosse inquiète aujourd’hui les écologistes. Combien de fois le scénario catastrophe va-t-il se répéter ?

Crédits photos : flickr - NOAA’s National Ocean Service / prilfish



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP