13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les (...)

Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les frais de la marée noire de 2010

Dernière mise à jour le mardi 10 avril 2012

Article paru sur le site "Zegreenweb.com" - Mercredi 28 Mars 2012
Visualiser l’article original



Dans le Golfe du Mexique, les dauphins et les coraux font toujours les frais de la marée noire de 2010

par Laura Béheulière

Dauphins gravement malades et coraux en danger de mort : deux ans après, la marée noire qui a suivi l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, dans le Golfe du Mexique, continue à faire des ravages.

C’était il y a presque deux ans. Le 20 avril 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, louée par le groupe britannique BP, était le théâtre d’une explosion dans le Golfe du Mexique. Les Etats-Unis ont ensuite connu la plus grande marée noire de leur histoire ainsi qu’un désastre écologique dont l’ampleur exacte ne sera certainement jamais connue. Poissons, mammifères marins et oiseaux : au total, des centaines d’espèces animales en ont pâti, et aujourd’hui encore, de nombreux animaux demeurent en danger.

Depuis février 2010, plus de 675 dauphins se sont échoués dans le nord du Golfe du Mexique, soit beaucoup plus que la moyenne annuelle de 74 échouages. Une recrudescence qui a alerté la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), laquelle a décidé de mener l’enquête. Des biologistes de l’organisation ont donc effectué les examens médicaux complets de 32 dauphins de la baie de Barataria l’été dernier. Le résultat est accablant : « La plupart d’entre eux souffrent d’une insuffisance pondérale, d’anémie, d’hypoglycémie et présentent des symptômes de maladies hépatiques et pulmonaires. Près de la moitié ont également des niveaux anormalement bas d’hormones antistress et qui participent à la défense du système immunitaire », rapportent les scientifiques sur le site Internet de la NOAA. Ils craignent que certains de ces dauphins, à la santé désormais hautement fragile, ne survivent pas. L’un des 32 dauphins étudiés a d’ailleurs été retrouvé mort en début d’année.

Tout un écosystème impacté

Les mammifères marins ne sont malheureusement pas les seules victimes de la déferlante d’hydrocarbures consécutive à l’explosion de Deepwater Horizon. Après des mois d’analyses en laboratoire, d’autres scientifiques affirment en effet que le pétrole de BP est bien responsable de la mort lente d’une communauté de coraux colorés des eaux profondes du Golfe du Mexique, a révélé le Huffington Post. D’après eux, les analyses chimiques des échantillons prélevés fin 2010 prouvent que le pétrole provenant du puits Macondo a bien dévasté les coraux vivant à environ 7 miles (environ 11 km) au sud-ouest de son emplacement. Les coraux blessés et mourants ne seraient plus que des squelettes mis à nu et recouverts d’une épaisse matière brune et duveteuse. « C’était comme un cimetière de coraux », a commenté Erik Cordes, un biologiste cité par nos confrères américains et qui est descendu en sous-marin sur le site des recherches.

Alors que les études de ce type se multiplient et incriminent BP, une importante fuite de gaz en provenance d’une plate-forme appartenant à Total au large de l’Ecosse inquiète aujourd’hui les écologistes. Combien de fois le scénario catastrophe va-t-il se répéter ?

Crédits photos : flickr - NOAA’s National Ocean Service / prilfish



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP