13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Daurade royale. Elle explore les entrailles de la bête

Daurade royale. Elle explore les entrailles de la bête

Dernière mise à jour le lundi 13 octobre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 octobre 2014
Visualiser l’article original



Que mange-t-elle, en quelle quantité, à quelle profondeur et à quelle période ? Le grand prédateur de moules et d’huîtres est loin d’avoir révélé tous ses secrets.
De nature méfiante, la daurade royale ne se laisse pas approcher facilement. Une assistante de recherche basée à la station biologique de Concarneau s’intéresse à ses habitudes alimentaires.
Solène Avignon dissèque consciencieusement les entrailles de ces prédateurs évoluant en banc serré. On trouve des tissus de moules, d’huîtres (corroborés par leur examen ADN) ainsi que des fragments de coquilles puisque la daurade broie et avale une bonne partie du coquillage pour consommer la chair. Elle consomme également du petit crabe, des vers et même des crépidules ! Lire dans les entrailles En revanche, impossible, à l’heure actuelle, d’évoluer la quantité absorbée par une daurade adulte au quotidien. « On sait qu’elles se gavent sur les champs d’huîtres et de moules mais je ne crois pas qu’elles engloutissent jusqu’à 10 % de leur poids », estime Solène Avignon
Reviennent-elles toujours au même endroit ? « Difficile à dire ». On sait seulement que lorsqu’elles s’attaquent à une corde à moules, elles la nettoient entièrement et qu’elles sont donc capables de modifier leur manière habituelle de se nourrir sur le fond. S’attaquent-elles également aux huîtres adultes ?
Les travaux de recherche permettront d’affiner les degrés et techniques de protection à appliquer sur le terrain. Remontée jusqu’en entrée de Manche Cette étude programmée sur trois ans n’en est qu’à ses débuts. Après les protocoles scientifiques fixés, cette ingénieur de recherches attend les prises sur les exploitations partenaires ainsi que les entrailles rapportées dans de la glace par les pêcheurs.
Au sein de ce programme « predador » labellisé Pôle mer Bretagne (piloté par le comité régional de conchyliculture de Bretagne Sud), d’autres chercheurs travaillent sur l’acoustique, afin d’éloigner ces poissons, ou sur l’amélioration des techniques d’élevage et la protection des exploitations.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP