20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du (...)

De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon

Dernière mise à jour le mardi 17 octobre 2017

Article paru sur le site "France info :"
- 28 septembre 2017
Visualiser l’article original


Des centaines d’espèces d’animaux marins ont traversé l’océan Pacifique, agrippées à des débris du tsunami qui a dévasté une partie du Japon en 2011, révèle une étude publiée jeudi 28 septembre dans la revue américaine Science.

Un total de 289 espèces ont été découvertes aux Etats-Unis sur ces radeaux de fortune en provenance du Japon entre 2012 et 2017, selon les scientifiques. "Ca s’est révélé être l’une des expériences naturelles dans le domaine de la biologie marine les plus importantes et les plus imprévues, peut-être de toute l’histoire", estime John Chapman, de l’université d’Etat de l’Oregon.
Moules, vers, crustacés et limaces de mer

Parmi ces voyageurs opportunistes se trouvent des moules, des vers, des crustacés et des limaces de mer. Près des deux tiers de ces espèces n’avaient jamais été identifiées sur la côte ouest des Etats-Unis. "Je ne pensais pas que la plupart de ces organismes du littoral pouvaient survivre en mer pendant d’aussi longues périodes", a relevé Greg Ruiz, un biologiste marin du centre de recherche environnemental Smithsonian. "Ils n’avaient pas vraiment eu non plus une telle opportunité par le passé. Désormais, le plastique associé à un tsunami et à des tempêtes peut créer des opportunités à grande échelle", a-t-il poursuivi.

Le tsunami japonais en question s’est formé le 11 mars 2011, après un séisme de magnitude 9 sur l’échelle ouverte de Richter. Des débris du tsunami – comprenant notamment des morceaux de bouées, de caisses, de navires – transportant des organismes vivants ont commencé à atteindre le rivage de Hawaï et l’ouest de l’Amérique du Nord en 2012. Si elles ont ralenti, ces arrivées se poursuivent toujours. De nouvelles espèces ont ainsi été découvertes lorsque l’étude s’achevait en 2017.
Des migrations peut-être plus fréquentes à l’avenir

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP