23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Samedi 18 Février 2012
Visualiser l’article original



De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

Publiant leur étude dans Science, des chercheurs français ont trouvé dans le bassin du Congo les traces sédimentaires d’une brusque accélération du remplacement des forêts par les savanes, survenue il y a 3.000 ans et probablement due au défrichage pratiqué par les premiers agriculteurs.

C’est en analysant les ratios entre quantités d’argile, d’aluminium et de potassium dans des carottes de sédiments déposés il y a 20.000 à 3.000 ans, prélevées récemment dans l’embouchure du fleuve Congo que les chercheurs ont fait leur découverte. L’équipe de l’Ifremer dirigée par Germain Bayon a constaté, à partir de -3.500 ans, une érosion (avec un pic vers -2.500 ans) qui ne peut être due aux seules précipitations.

Selon les chercheurs, cette érosion est signe d’un remplacement de la forêt par la savane, lui-même confirmé par l’abondance de pollen de graminées dans les couches sédimentaires de cette même époque. Or, c’est à ce moment-là précis que les populations bantoues d’Afrique occidentale ont migré vers l’Afrique centrale.

Ainsi, les chercheurs interprètent cette érosion accrue comme la conséquence d’une déforestation possible, pratiquée par ces agriculteurs pour dégager de nouvelles surfaces cultivables. Défrichage, ruissellement, érosion, un enchaînement bien connu des géologues aujourd’hui... Toutefois, il est difficile d’estimer la part de cette action humaine et celle du réchauffement climatique naturel (de l’époque) dans ce processus.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP