18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse
Accueil > Actualités de la mer > De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Samedi 18 Février 2012
Visualiser l’article original



De la déforestation due à l’Homme dès les années -3000 en Afrique

Publiant leur étude dans Science, des chercheurs français ont trouvé dans le bassin du Congo les traces sédimentaires d’une brusque accélération du remplacement des forêts par les savanes, survenue il y a 3.000 ans et probablement due au défrichage pratiqué par les premiers agriculteurs.

C’est en analysant les ratios entre quantités d’argile, d’aluminium et de potassium dans des carottes de sédiments déposés il y a 20.000 à 3.000 ans, prélevées récemment dans l’embouchure du fleuve Congo que les chercheurs ont fait leur découverte. L’équipe de l’Ifremer dirigée par Germain Bayon a constaté, à partir de -3.500 ans, une érosion (avec un pic vers -2.500 ans) qui ne peut être due aux seules précipitations.

Selon les chercheurs, cette érosion est signe d’un remplacement de la forêt par la savane, lui-même confirmé par l’abondance de pollen de graminées dans les couches sédimentaires de cette même époque. Or, c’est à ce moment-là précis que les populations bantoues d’Afrique occidentale ont migré vers l’Afrique centrale.

Ainsi, les chercheurs interprètent cette érosion accrue comme la conséquence d’une déforestation possible, pratiquée par ces agriculteurs pour dégager de nouvelles surfaces cultivables. Défrichage, ruissellement, érosion, un enchaînement bien connu des géologues aujourd’hui... Toutefois, il est difficile d’estimer la part de cette action humaine et celle du réchauffement climatique naturel (de l’époque) dans ce processus.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP