29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Actualités de la mer > Déchets échoués. Les pollueurs dans le viseur

Déchets échoués. Les pollueurs dans le viseur

Dernière mise à jour le jeudi 6 octobre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 05 Octobre 2016
Visualiser l’article original


Tracer les déchets perdus en mer par les containers. C’est l’ambition d’une cartographie collaborative que lance l’association Ansel avec le fonds Explore. Objectif : responsabiliser les pollueurs. Explications avec Lionel Lucas, cofondateur d’Ansel, et Emmanuel Poisson-Quinton, du fonds Explore.

Quel a été le point de départ du projet ?
Lionel Lucas : « Depuis 17 ans, avec l’association Ansel, nous menons des opérations de collecte des déchets sur le littoral et de sensibilisation auprès du public. Nous voulions d’abord être une alternative au nettoyage mécanique qui altère le milieu. On a constaté que ce n’était pas très efficace de se contenter de jeter les déchets à la poubelle. Il fallait aller plus loin. D’où l’idée, en 2013, de constituer un réseau d’observation des échouages de déchets sur la façade Atlantique (plus de 600 membres dans un groupe Facebook). C’est une première étape collaborative mais ça reste assez artisanal. L’étape suivante, c’est de comprendre les échouages en les géolocalisant ».

D’où viennent les déchets échoués sur les plages ?
L.L : « La plupart du temps, ils sont échappés d’un container. Le trafic au niveau du rail d’Ouessant est l’un des plus importants au monde (80 % des échanges). Il faut savoir qu’entre octobre 2013 et mars 2014, lors des grandes tempêtes, environ 800 containers, ont disparu. Les bateaux sont souvent surchargés. Pour des questions de sécurité, les autorités laissent les équipages larguer quelques containers ».

Quelle est la nature de ces déchets ?
L.L. : « Nous retrouvons régulièrement des produits de toutes sortes : des pots de jardinage en plastique, des billes, des seringues, des melons, des fûts de bière, des chaussons de bain, des cartouches d’imprimantes... On ramasse les mêmes déchets à différents endroits sur la côte Atlantique, à des années d’intervalle. Une première carte existe déjà et recense tous les sites où des cartouches d’imprimantes HP perdues en mer ont été retrouvées en Europe de l’Ouest (à partir de Google Maps). Nous allons étendre cette méthode à d’autres types de déchets ».

Comment fonctionne cette cartographie collaborative ?
L.L. : « Tout le monde pourra y contribuer en identifiant et en localisant les déchets trouvés. Les données seraient collectées avec l’appui d’un modérateur.

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP