23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne
Accueil > Actualités de la mer > Depuis un an, l’association concarnoise Ansel a mis au point Mersea, une (...)

Depuis un an, l’association concarnoise Ansel a mis au point Mersea, une cartographie interactive des déchets retrouvés sur le littoral.

Dernière mise à jour le samedi 3 mars 2018

Article paru sur le site "Ouest-France :"
- 02 Mars 2018
Visualiser l’article original


Depuis un an, l’association concarnoise Ansel a mis au point Mersea, une cartographie interactive des déchets retrouvés sur le littoral.
Lionel Lucas est le co-fondateur de l’association de protection du littoral Ansel, basée à Concarneau.
Il a imaginé Mersea, une carte interactive qui serait alimentée par les « découvertes » effectuées sur les plages.
Le projet soutenu par le fonds Explore du navigateur Roland Jourdain a pu prendre vie grâce à trois développeurs informatique rencontrés lors d’un Hackathon à Brest. « On y a mis des traceurs, qui sont évolutifs en fonction des échouages », indique Lionel Lucas. Ces derniers temps, ont été retrouvés sur nos côtes des pots de yaourts espagnols, des seringues, des bouchons de produits ménagers, ou encore des téléphones à l’effigie du chat Garfield.
« On en a retrouvé sur la côte nord du Finistère, de Camaret à Ploudalmézeau. » Ce PVC orange est sorti d’un conteneur perdu dans les années 80 !

Vigipol entre dans la danse

Quelque 70 personnes alimentent la carte aujourd’hui. Un même objet retrouvé en nombre, disséminé sur le littoral, c’est autant de traces que laisse un conteneur tombé à la mer.
« Les marées noires sont très médiatisées, mais ne constituent que 5 % des pollutions maritimes », note Lionel Lucas.
Une fois dressé le constat, le but de la cartographie est aussi de faire reconnaître le préjudice écologique laissé par les objets disparates, vitrine échouée du marché mondial. Pour l’instant, l’association s’amuse à taquiner quelques grands groupes dont les produits ont été identifiés en leur mettant des mots sur leur page Facebook.
« Ils apprécient moyennement, on se fait virer ! » raconte Lionel Lucas.

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP