15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > Des abeilles jouent le rôle de démineurs

Des abeilles jouent le rôle de démineurs

Dernière mise à jour le jeudi 5 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 22 Mai 2014
Visualiser l’article original



Des abeilles renifleuses de mines… L’idée est née dans l’esprit d’un chercheur croate de l’université de Zagreb volontaire pour trouver un moyen de déminer les sols infestés de pièges explosifs depuis le dernier conflit en ex-Yougoslavie. C’est un de ses confrères de l’Inra à Avignon qui a mené l’expérimentation. « Quand il m’a contacté, nous savions que les abeilles pouvaient être dressées pour certaines odeurs en déclenchant un réflexe pavlovien » explique Yves Le Conte, directeur de l’unité abeilles et environnement de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) à Avignon.

Les scientifiques ont ainsi choisi de mettre du sable dans des petites boîtes et dans d’autres, du TNT recouvert de sable lui-même recouvert de sirop sucré. Rapidement les abeilles ont trouvé leur chemin et se sont ruées sur le sucre. « Comme elles sont capables de retenir très vite un endroit où se trouve ce qui les intéresse, nous changions les boites de place sans arrêt afin d’être certains qu’elles ne se dirigeaient qu’à l’odeur », poursuit le scientifique. En quelques heures l’affaire était réglée.

« C’est beaucoup
estait à voir si dans la nature, en disposant les mêmes boîtes mais en supprimant simplement le sucre de celles où se trouvait le TNT, les abeilles allaient quand même s’y poser. « J’ai été estomaqué » s’amuse Yves Le Conte, « cela marchait ». Bien sûr l’opération n’est pas parfaite. Pas folles, certaines abeilles abandonnent tout de suite l’affaire. Quant à celles qui choisissent de butiner les boîtes contenant du TNT, elles ne s’y rendent qu’une ou deux fois avant de s’en détourner faute de trouver ce qu’elles cherchent réellement : le sucre. Pour renouveler l’opération, il faut recommencer le dressage. Et selon le chercheur croate Nikola Kesic, cela marcherait encore mieux avec un explosif comme le DNT (dinitrotoluène).

Alors que des centaines de mines sont susceptibles de ressortir ou d’être déplacées en raison des inondations qui sévissent depuis plusieurs jours en Croatie et l’ensemble des Balkans, Nikola Kesic espère bien convaincre les autorités militaires d’utiliser ses abeilles, avec un suivi automatisé des animaux avec des caméras infrarouge. Plus de 120.000 mines seraient encore disséminées sur 2 % du territoire de ce petit pays. L’un des très gros avantages est que cela ne coûte pas cher. « C’est en tous cas beaucoup moins onéreux que de dresser des chiens », souligne Yves Le Conte. Des services de police l’ont d’ailleurs bien compris. Des techniques ont ainsi été mises au point avec des abeilles dressées à détecter de la drogue dans des aéroports.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP