13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Des algues enregistrent la fonte des glaces

Des algues enregistrent la fonte des glaces

Dernière mise à jour le jeudi 21 novembre 2013

Article paru
sur le site "BiotechMarine" - 19 Novembre 2013
Visualiser l’article original



La fonte des glaces polaires est une des conséquences les plus alarmantes des changements climatiques. Mais notre compréhension du phénomène est imparfaite. Il y a quelques années, les modèles prévoyaient la disparition de la banquise d’été à la fin de ce siècle. Désormais, les pronostics les plus fréquents s’accordent sur l’horizon 2030. Nous avons amélioré les modèles mais cela reste insuffisant. Pour nourrir un système mathématique de prédiction, l’important est d’avoir des données précises et nombreuses. Or les archives manquent quant à la vie dans les glaces arctiques.
Pour combler ce vide, un consortium allemand, américain et canadien s’est intéressé à Clathromorphum compactum. Très présente le long des côtes de l’hémisphère nord – y compris l’Arctique –, cette algue a une durée de vie hors du commun puisque certains spécimens ont plus de 600 ans. De plus, C. compactum s’entoure de couches calcaires chaque saison ensoleillée et réduit son activité photosynthétique lorsque la glace couvre complètement la surface de l’eau. Ces couches accumulées constituent de véritables archives des volumes de glaces annuels – selon leur épaisseur – mais aussi de l’importance relative des ions magnésium et calcium circulant à un moment donné.
Les chercheurs ont ainsi pu reconstituer une histoire des glaces arctiques sur 646 ans. Ils montrent que de 1530 à 1860 les zones arctiques et subarctiques ont traversé un Petit âge polaire, une période de températures basses, avant d’entrer dans une phase de hausses des températures. Ces données sont cohérentes avec la migration, au début du XVIe siècle, des populations Inuits vers le nord, qui a nécessité une extension des glaces. Les informations contenues dans les calcifications des algues permettent aussi de diviser le Petit âge polaire selon des variations de salinité de l’eau et de température. Autant d’informations fines qui améliorent notre compréhension des mécanismes de changement du climat dans cette zone très fragile.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP