15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Des baleiniers japonais quittent l’archipel pour l’Antarctique, sans (...)

Des baleiniers japonais quittent l’archipel pour l’Antarctique, sans harpons

Dernière mise à jour le vendredi 9 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le monde planète" - 08 Janvier 2015
Visualiser l’article original


Des navires baleiniers japonais ont pris la mer jeudi en direction de l’Antarctique. Ils prévoient d’effectuer des études d’observation visuelle et des prélèvements d’échantillons de peau. Ces recherches, censées être non létales, dureront jusqu’au 28 mars, selon l’institut de recherche sur les cétacés.

Deux bâtiments – le 724 tonnes Yushinmaru et le 747 tonnes Daini Yushinmaru – sont partis du port de Shimonoseki (sud-ouest), l’une des principales bases de chasse à la baleine du pays, a expliqué un fonctionnaire gouvernemental. Un troisième bateau, le Nisshinmaru, doit à son tour partir le 16 janvier pour les rejoindre, selon l’Agence japonaise de la pêche.

Comme ces études n’impliquent pas la capture des baleines, les harpons ont été retirés des navires. Le Japon a renoncé pour la saison 2014-2015 à chasser la baleine en Antarctique, après un verdict de la Cour internationale de justice (CIJ) qui, saisie par l’Australie, a jugé qu’il détournait à des fins commerciales une activité présentée comme étant destinée à la recherche animale.
Contournement du verdict de la CIJ

Toutefois, comme le redoutent les organisations écologistes, Tokyo espère ultérieurement contourner cette décision en donnant à ses missions controversées une tournure plus scientifique afin de reprendre la pêche en 2015-2016.

Dans un nouveau plan présenté à la Commission baleinière internationale (CBI) et à son comité scientifique, le Japon a fixé un nouvel objectif annuel de pêche de 333 petits rorquals, contre environ 900 dans le cadre du précédent programme condamné.

Ce niveau de capture est jugé « nécessaire » par Tokyo pour collecter des informations sur l’âge de la population baleinière, données dont le Japon prétend avoir besoin afin de définir un plafond de captures permettant de ne pas menacer la survie de l’espèce.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP