22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Des centrales "omnivores" pour produire du bio-méthane à la demande

Des centrales "omnivores" pour produire du bio-méthane à la demande

Dernière mise à jour le lundi 24 mars 2014

Article paru
sur le site "Techno-sciences" - 23 mars 2014
Visualiser l’article original



Les centrales au biogaz "idéales" pour l’avenir devront pouvoir intégrer une variété d’intrants : tantôt de la paille, tantôt des déchets ménagers, tantôt du maïs, etc. Peu exigeantes, elles produiront à partir d’une variété de matières premières du méthane pur à faibles coûts d’exploitation. En fonction des besoins en énergie, elles devront également produire du gaz en quantités variables. Ce gaz pourra être injecté directement dans le réseau de gaz naturel, sans traitement préalable.

Des ingénieurs agricoles de l’Université de Hohenheim (Bade-Wurtemberg) s’approcheraient d’ores et déjà de ces objectifs. Dans le cadre de trois projets de recherche (AG-HiPreFer, Elast2P et MethanoQuant), ils travaillent sur le prototype d’une installation de biogaz à deux phases dont l’intérieur serait soumis à une pression auto-générée allant jusqu’à 100 bars. Une installation pilote doit être mise en service d’ici un an. Dans le cadre de ces projets, l’Institut régional de génie agricole et bioénergie de l’Université de Hohenheim (Allemagne) est financé à hauteur d’environ 1,7 millions d’euros par le Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF).

Pour faire fermenter la biomasse, celle-ci doit d’abord être transformée en divers acides organiques, sucres et alcools. Ces composés sont convertis dans une seconde étape en méthane. Dans les centrales au biogaz classiques, ceci se passe dans un seul fermenteur. Une nouvelle génération de centrales au biogaz divise ce processus dans deux fermenteurs. Un des objectifs des scientifiques de l’Université de Hohenheim est maintenant de développer ce nouveau type de centrale prometteur, et en particulier d’accroître son efficacité de manière significative. Entre autres, les scientifiques travaillent sur un procédé par lequel le bio-méthane peut être injecté directement dans le réseau gazier sans autre purification de la cuve de fermentation. L’astuce se situe au niveau du second fermenteur : il ne laisse pas échapper le gaz qui y est produit tant qu’une pression d’environ 100 bars n’est pas atteinte.

"Le processus à haute pression auto-généré est une innovation dont nous attendons deux avantages distincts", explique Andreas Lemmer, de l’Institut régional de génie agricole et bioénergie. "Tout d’abord, les deux gaz résultants de la fermentation, le méthane et le dioxyde de carbone, peuvent être facilement séparés du fait de la haute pression. Le méthane est alors si pur, qu’il ne doit être que légèrement affiné. En outre, la compression à haute intensité énergétique du méthane n’a plus lieu à l’extérieur du bioréacteur. Dans les centrales classiques, ceci est préalablement nécessaire afin que le méthane puisse être injecté dans réseau gazier à haute pression. Dans notre modèle, la pression est produite par les bactéries impliquées dans le processus de fermentation. Il n’est donc besoin d’aucune énergie supplémentaire pour la pressurisation".

De plus, les scientifiques veulent traiter avec leur modèle des substrats considérés comme non-valorisables dans des centrales conventionnelles. Ceci devrait être rendu possible par un nouveau procédé de traitement de la biomasse en fermentation. "Jusqu’à présent, la recherche s’est concentrée sur le traitement du substrat avant d’être introduit dans la centrale", explique Simon Zielonka, également de l’Institut régional de génie agricole et bioénergie. "Nous faisons le choix opposé et traitons les produits retrouvés à la fin du processus d’hydrolyse, afin qu’ils puissent être fermentés une deuxième fois. Nous gagnons en efficacité car nous traitons exactement la partie de la biomasse que les bactéries ne pouvaient pas traiter". Pour le recyclage, le digestat est d’abord travaillé dans un broyeur spécial et ensuite décomposé par une culture fongique. Après le deuxième passage dans la centrale au biogaz, les déchets sont alors significativement réduits et peuvent éventuellement être utilisés comme engrais.

La demande en énergie varie en fonction de l’heure du jour. Toutefois, les centrales au biogaz classiques fournissent en permanence la même quantité de gaz. Le démarrage et l’arrêt des centrales prend beaucoup de temps, et le stockage du biogaz est complexe et coûteux. Pour amortir les pointes de consommation, les scientifiques d’Hohenheim développent une technique de contrôle avec laquelle la production de méthane dans les centrales à deux phases peut être augmentée ou diminuée dans un temps très court. Pour ce faire, les scientifiques mettent en place un capteur entre les deux fermenteurs. Celui-ci permet de détecter la concentration en sucres, en alcools et en acides gras dans le mélange liquide pompé du premier vers le deuxième fermenteur. Selon la demande, le capteur contrôle ensuite la quantité de liquide transféré dans le deuxième fermenteur. "Lorsqu’une quantité moindre de gaz est utilisée que celle qui est fournie, l’excédent est stocké dans un réservoir", explique M. Zielonka

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP