20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Des centrales "omnivores" pour produire du bio-méthane à la demande

Des centrales "omnivores" pour produire du bio-méthane à la demande

Dernière mise à jour le lundi 24 mars 2014

Article paru
sur le site "Techno-sciences" - 23 mars 2014
Visualiser l’article original



Les centrales au biogaz "idéales" pour l’avenir devront pouvoir intégrer une variété d’intrants : tantôt de la paille, tantôt des déchets ménagers, tantôt du maïs, etc. Peu exigeantes, elles produiront à partir d’une variété de matières premières du méthane pur à faibles coûts d’exploitation. En fonction des besoins en énergie, elles devront également produire du gaz en quantités variables. Ce gaz pourra être injecté directement dans le réseau de gaz naturel, sans traitement préalable.

Des ingénieurs agricoles de l’Université de Hohenheim (Bade-Wurtemberg) s’approcheraient d’ores et déjà de ces objectifs. Dans le cadre de trois projets de recherche (AG-HiPreFer, Elast2P et MethanoQuant), ils travaillent sur le prototype d’une installation de biogaz à deux phases dont l’intérieur serait soumis à une pression auto-générée allant jusqu’à 100 bars. Une installation pilote doit être mise en service d’ici un an. Dans le cadre de ces projets, l’Institut régional de génie agricole et bioénergie de l’Université de Hohenheim (Allemagne) est financé à hauteur d’environ 1,7 millions d’euros par le Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF).

Pour faire fermenter la biomasse, celle-ci doit d’abord être transformée en divers acides organiques, sucres et alcools. Ces composés sont convertis dans une seconde étape en méthane. Dans les centrales au biogaz classiques, ceci se passe dans un seul fermenteur. Une nouvelle génération de centrales au biogaz divise ce processus dans deux fermenteurs. Un des objectifs des scientifiques de l’Université de Hohenheim est maintenant de développer ce nouveau type de centrale prometteur, et en particulier d’accroître son efficacité de manière significative. Entre autres, les scientifiques travaillent sur un procédé par lequel le bio-méthane peut être injecté directement dans le réseau gazier sans autre purification de la cuve de fermentation. L’astuce se situe au niveau du second fermenteur : il ne laisse pas échapper le gaz qui y est produit tant qu’une pression d’environ 100 bars n’est pas atteinte.

"Le processus à haute pression auto-généré est une innovation dont nous attendons deux avantages distincts", explique Andreas Lemmer, de l’Institut régional de génie agricole et bioénergie. "Tout d’abord, les deux gaz résultants de la fermentation, le méthane et le dioxyde de carbone, peuvent être facilement séparés du fait de la haute pression. Le méthane est alors si pur, qu’il ne doit être que légèrement affiné. En outre, la compression à haute intensité énergétique du méthane n’a plus lieu à l’extérieur du bioréacteur. Dans les centrales classiques, ceci est préalablement nécessaire afin que le méthane puisse être injecté dans réseau gazier à haute pression. Dans notre modèle, la pression est produite par les bactéries impliquées dans le processus de fermentation. Il n’est donc besoin d’aucune énergie supplémentaire pour la pressurisation".

De plus, les scientifiques veulent traiter avec leur modèle des substrats considérés comme non-valorisables dans des centrales conventionnelles. Ceci devrait être rendu possible par un nouveau procédé de traitement de la biomasse en fermentation. "Jusqu’à présent, la recherche s’est concentrée sur le traitement du substrat avant d’être introduit dans la centrale", explique Simon Zielonka, également de l’Institut régional de génie agricole et bioénergie. "Nous faisons le choix opposé et traitons les produits retrouvés à la fin du processus d’hydrolyse, afin qu’ils puissent être fermentés une deuxième fois. Nous gagnons en efficacité car nous traitons exactement la partie de la biomasse que les bactéries ne pouvaient pas traiter". Pour le recyclage, le digestat est d’abord travaillé dans un broyeur spécial et ensuite décomposé par une culture fongique. Après le deuxième passage dans la centrale au biogaz, les déchets sont alors significativement réduits et peuvent éventuellement être utilisés comme engrais.

La demande en énergie varie en fonction de l’heure du jour. Toutefois, les centrales au biogaz classiques fournissent en permanence la même quantité de gaz. Le démarrage et l’arrêt des centrales prend beaucoup de temps, et le stockage du biogaz est complexe et coûteux. Pour amortir les pointes de consommation, les scientifiques d’Hohenheim développent une technique de contrôle avec laquelle la production de méthane dans les centrales à deux phases peut être augmentée ou diminuée dans un temps très court. Pour ce faire, les scientifiques mettent en place un capteur entre les deux fermenteurs. Celui-ci permet de détecter la concentration en sucres, en alcools et en acides gras dans le mélange liquide pompé du premier vers le deuxième fermenteur. Selon la demande, le capteur contrôle ensuite la quantité de liquide transféré dans le deuxième fermenteur. "Lorsqu’une quantité moindre de gaz est utilisée que celle qui est fournie, l’excédent est stocké dans un réservoir", explique M. Zielonka

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP