19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Des chercheurs prouvent les effets néfastes du bruit des navires sur la (...)

Des chercheurs prouvent les effets néfastes du bruit des navires sur la santé des baleines

Dernière mise à jour le lundi 13 février 2012

Article paru sur le site "Zegreenweb.com" - Mercredi 08 Février 2012
Visualiser l’article original



Des chercheurs prouvent les effets néfastes du bruit des navires sur la santé des baleines

Les nuisances sonores sous-marines provoquées par le trafic maritime provoqueraient un stress chronique sur les baleines.

Cela fait plusieurs années que les environnementalistes oeuvrant à la protection de la biodiversité marine mettent en garde contre les effets néfastes du bruit des navires sur les baleines. Une étude publiée aujourd’hui dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society – Biological Sciences est venue prouver leurs dires, faisant état d’un stress chronique chez les cétacés.

Cette découverte a été effectuée au lendemain des évènements du 11 septembre 2001. Rosalind M. Rolland, chercheur au New England Aquarium de Boston (Etats-Unis) qui a dirigé les travaux, était alors sur le terrain dans la baie de Fundy (Canada). « Il y a eu une réduction dramatique du trafic maritime ce jour-là. C’était comme naviguer sur l’océan à son état premier », a-t-elle confié à nos confrères du Guardian.

A la suite de cette baisse de trafic, les bruits à basse fréquence générés par les navires ont baissé de 6 décibels en moyenne, affirment les spécialistes. A titre de comparaison, ils soulignent en outre que « les bruits à basse fréquence dans le nord-est du Pacifique ont augmenté de 10 à 12 décibels depuis les années 1960, avec le doublement de la flotte globale ». Un phénomène qui aurait grandement perturbé les baleines, lesquelles, on le sait, communiquent grâce à des « chants » émis également à basse fréquence.

« Nous savions que les baleines changeaient la fréquence de leurs appels pour s’adapter au bruit des navires, mais notre travail démontre qu’il ne s’agit pas d’une simple nuisance », explique Mme Rolland. En analysant des matières fécales des cétacés, les chercheurs ont en effet constaté une baisse importante du taux d’hormones de stress décelées entre les échantillons prélevés avant et après le 11 septembre 2001.

Le stress chronique « provoque une importante baisse du système immunitaire des baleines, les rendant plus vulnérables aux maladies, et diminue leurs capacités de reproduction », poursuit Mme Rolland, pour qui il s’agit probablement d’une explication au faible rétablissement de certaines populations. Elle et son équipe ont d’ailleurs mené leur étude sur les baleines franches de l’Atlantique Nord, une des espèces les plus menacées, dont la population ne croît qu’à hauteur d’1% par an.

« L’aspect positif de ce problème est que l’on peut le résoudre », assure néanmoins la spécialiste, suggérant qu’une grande partie des bruits perturbateurs pourrait être éliminée en améliorant l’efficacité des moteurs des navires. Egalement interrogé par le quotidien britannique, Danny Groves, membre de la Société de conservation des baleines et des dauphins, est quant à lui plus pessimiste : « On ne fait pas assez pour réduire le bruit de nos océans (…) Il n’y a actuellement aucune norme internationale concernant les nuisances sonores en mer », déplore-t-il. Il serait de bon ton d’en créer une.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP