13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > Des couches culottes à partir de méduses

Des couches culottes à partir de méduses

Dernière mise à jour le vendredi 31 juillet 2015

Article paru
sur le site "March" - 22 juillet 2015
Visualiser l’article original


Une idée saugrenue ?
Pas du tout ! Si on en croit Cine’al, une start-up israélienne, la gélatine contenue dans la chair des méduses est absorbante et écologique.
Elle pourrait donc être utilisée dans les couches culottes, les tampons, l’essuie tout, et le papier toilette. Et bien sûr sans risque de démangeaisons.
Chaque année, en France, plus de 3 milliards de couches finissent dans les poubelles.
Un chiffre qui fait froid dans le dos. En effet, en moyenne, un bébé en utilise environ 4000 en trois ans. Et elles mettent plus de 100 ans à se désintégrer…
Pour remédier à cette pollution, Cine’al, spécialisée dans les nanotechnologies, a créé l’Hydromash.
Cette matière, fabriquée à partir de méduses, met seulement une trentaine de jours à se dissoudre. Constituée à 98% d’eau, la chair des méduses est très absorbante. Elle peut ingérer plusieurs fois son poids en quelques secondes. Et mélangée à des nanoparticules antibactériennes, en prenant soin de retirer les cellules urticantes, elle s’avère très efficace.
La matière ainsi obtenue, est 2 à 3 fois plus absorbante que celle utilisée actuellement.
Moins polluante et plus efficace, elle serait également très utile pour l’environnement.
"Il y a trop de méduses dans la mer, et trop de pampers dans les décharges"
Le président de Cine’al, Ofer Du-Nour, compte ainsi faire d’une pierre deux coups. En Israël, par exemple, à cause du changement climatique et du réchauffement des eaux, les méduses ont proliférées.
Dans d’autres régions, la pêche intensive a également favorisé ces nuisibles en tuant leurs prédateurs. Ce serait donc une solution pour combattre cette invasion. L’animal pause en effet des problèmes. Outre la peur qu’elles inspirent, les méduses détériorent les pipelines en se glissant dans les conduits.
L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est même souciée de ce phénomène, craignant un cercle vicieux.
../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP