22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Des couches culottes à partir de méduses

Des couches culottes à partir de méduses

Dernière mise à jour le vendredi 31 juillet 2015

Article paru
sur le site "March" - 22 juillet 2015
Visualiser l’article original


Une idée saugrenue ?
Pas du tout ! Si on en croit Cine’al, une start-up israélienne, la gélatine contenue dans la chair des méduses est absorbante et écologique.
Elle pourrait donc être utilisée dans les couches culottes, les tampons, l’essuie tout, et le papier toilette. Et bien sûr sans risque de démangeaisons.
Chaque année, en France, plus de 3 milliards de couches finissent dans les poubelles.
Un chiffre qui fait froid dans le dos. En effet, en moyenne, un bébé en utilise environ 4000 en trois ans. Et elles mettent plus de 100 ans à se désintégrer…
Pour remédier à cette pollution, Cine’al, spécialisée dans les nanotechnologies, a créé l’Hydromash.
Cette matière, fabriquée à partir de méduses, met seulement une trentaine de jours à se dissoudre. Constituée à 98% d’eau, la chair des méduses est très absorbante. Elle peut ingérer plusieurs fois son poids en quelques secondes. Et mélangée à des nanoparticules antibactériennes, en prenant soin de retirer les cellules urticantes, elle s’avère très efficace.
La matière ainsi obtenue, est 2 à 3 fois plus absorbante que celle utilisée actuellement.
Moins polluante et plus efficace, elle serait également très utile pour l’environnement.
"Il y a trop de méduses dans la mer, et trop de pampers dans les décharges"
Le président de Cine’al, Ofer Du-Nour, compte ainsi faire d’une pierre deux coups. En Israël, par exemple, à cause du changement climatique et du réchauffement des eaux, les méduses ont proliférées.
Dans d’autres régions, la pêche intensive a également favorisé ces nuisibles en tuant leurs prédateurs. Ce serait donc une solution pour combattre cette invasion. L’animal pause en effet des problèmes. Outre la peur qu’elles inspirent, les méduses détériorent les pipelines en se glissant dans les conduits.
L’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est même souciée de ce phénomène, craignant un cercle vicieux.
../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP