18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Des crevettes des abysses toujours en vie 3 ans après leur exposition

Des crevettes des abysses toujours en vie 3 ans après leur exposition

Dernière mise à jour le jeudi 19 juin 2014

Article paru
sur le site "TV5Monde" - 00 Juin 2014
Visualiser l’article original



Les crevettes et crabes provenant des abysses et exposés pour la première fois au monde au parc Océanopolis de Brest peuvent vivre jusqu’à près de trois ans, ont révélé mardi les scientifiques à l’origine de ce projet né en 2009, en se félicitant de son succès.

"C’est la première fois que des scientifiques peuvent accéder à une observation sur le long terme, et répétée, et donc répondre à des questions aussi simples que combien de temps vit un organisme des profondeurs", s’est félicité Bruce Shillito, de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris, partie prenante du projet dans lequel, outre le parc de découverte des océans, est également engagé l’Ifremer.

"On a des crevettes et des crabes qui pour certains sont en captivité depuis trois ans maintenant", a assuré Dominique Barthélemy, responsable de l’aquariologie à Océanopolis, lors d’une présentation du bilan du projet. "Ca, personne ne le savait jusqu’à cette exposition", a-t-il expliqué.

Ainsi, les aquariums du monde entier exposent des animaux provenant de tous les types d’écosystèmes, chauds, froids, tempérés, d’eau douce ou d’eau de mer, mais Océanopolis est le seul à présenter au public depuis 2012 des animaux provenant des profondeurs abyssales.

"Les environnements profonds ça reste vraiment un domaine inexploré par l’aquariologie", a souligné Dominique Barthélemy, se félicitant du "succès" du projet. "On est quand même arrivés à négocier tous les obstacles", a-t-il assuré, laissant entrevoir la possibilité de ramener dans un avenir proche d’autres espèces vivant dans de grandes profondeurs, comme des poissons ou des poulpes.

Les crevettes et crabes présentés à Brest proviennent des profondeurs abyssales de l’océan Atlantique et vivent habituellement à 1.800 mètres en dessous du niveau de la mer.

Ces animaux marins sont issus d’un milieu riche en sources hydrothermales à la sortie desquelles la température de l’eau atteint les 350 degrés. Le milieu est donc extrême, pauvre en oxygène, avec des composés hautement toxiques, comme des sulfures, des métaux lourds ou des radioéléments. Cependant, la vie y foisonne.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP