21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Des crevettes des abysses toujours en vie 3 ans après leur exposition

Des crevettes des abysses toujours en vie 3 ans après leur exposition

Dernière mise à jour le jeudi 19 juin 2014

Article paru
sur le site "TV5Monde" - 00 Juin 2014
Visualiser l’article original



Les crevettes et crabes provenant des abysses et exposés pour la première fois au monde au parc Océanopolis de Brest peuvent vivre jusqu’à près de trois ans, ont révélé mardi les scientifiques à l’origine de ce projet né en 2009, en se félicitant de son succès.

"C’est la première fois que des scientifiques peuvent accéder à une observation sur le long terme, et répétée, et donc répondre à des questions aussi simples que combien de temps vit un organisme des profondeurs", s’est félicité Bruce Shillito, de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris, partie prenante du projet dans lequel, outre le parc de découverte des océans, est également engagé l’Ifremer.

"On a des crevettes et des crabes qui pour certains sont en captivité depuis trois ans maintenant", a assuré Dominique Barthélemy, responsable de l’aquariologie à Océanopolis, lors d’une présentation du bilan du projet. "Ca, personne ne le savait jusqu’à cette exposition", a-t-il expliqué.

Ainsi, les aquariums du monde entier exposent des animaux provenant de tous les types d’écosystèmes, chauds, froids, tempérés, d’eau douce ou d’eau de mer, mais Océanopolis est le seul à présenter au public depuis 2012 des animaux provenant des profondeurs abyssales.

"Les environnements profonds ça reste vraiment un domaine inexploré par l’aquariologie", a souligné Dominique Barthélemy, se félicitant du "succès" du projet. "On est quand même arrivés à négocier tous les obstacles", a-t-il assuré, laissant entrevoir la possibilité de ramener dans un avenir proche d’autres espèces vivant dans de grandes profondeurs, comme des poissons ou des poulpes.

Les crevettes et crabes présentés à Brest proviennent des profondeurs abyssales de l’océan Atlantique et vivent habituellement à 1.800 mètres en dessous du niveau de la mer.

Ces animaux marins sont issus d’un milieu riche en sources hydrothermales à la sortie desquelles la température de l’eau atteint les 350 degrés. Le milieu est donc extrême, pauvre en oxygène, avec des composés hautement toxiques, comme des sulfures, des métaux lourds ou des radioéléments. Cependant, la vie y foisonne.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP