20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Des crustacés standardisés comme indicateurs de la qualité des (...)

Des crustacés standardisés comme indicateurs de la qualité des rivières

Dernière mise à jour le jeudi 9 janvier 2014

Article paru
sur le site "Actu-environnement" - 07 Janvier 2014
Visualiser l’article original



Remonter jusqu’à la source des dégradations des rivières grâce à de petits crustacés, les gammares : c’est le pari que s’est lancé l’Institut de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea). Deux de ses équipes a élaboré une nouvelle méthodologie pour diagnostiquer la contamination chimique et la toxicité des milieux aquatiques. Si les bio-indicateurs constituent un révélateur bien connu de l’état écologique des cours d’eau, la méthode de l’Irstea présente une particularité : les organismes utilisées, avant d’être confrontées au milieu à tester, sont "standardisées". Après avoir été pêchées, elles sont exposées en laboratoire, aux mêmes conditions de température, de nourriture, etc. durant une période donnée avant leur transplantation sur les stations d’étude.

"Avec les individus déjà présents dans les milieux, il est difficile de pouvoir comparer entre différentes rivières ou même différentes dates : nous n’avons pas toujours les mêmes espèces, le même sexe, les mêmes tailles, etc., les différences observées s’expliqueraient autant par la qualité de l’eau que par des facteurs biologiques et écologiques", explique Arnaud Chaumot, un des scientifique responsable de ce projet.

Une grande sensibilité aux polluants

Les raisons du choix du gammare ? Sa grande sensibilité aux polluants, ses fortes capacités d’accumulationet sa large présence dans les cours d’eau français et européens, selon l’Irstea.

Cette méthode comporte aujourd’hui trois types de tests : tout d’abord, les scientifiques plongent les crustacés "conditionnés" durant sept jours dans le milieu naturel puis identifient les contaminants tels que les PCB, métaux lourds qui se sont accumulés dans leur organisme.

Ils ont, au préalable, estimé le "bruit de fond" naturellement présent dans les cours d’eau et déterminé des niveaux seuils au-delà desquels la pollution devient significative.

Ensuite pour évaluer la "toxicité du cours d’eau", les scientifiques quantifient la nourriture absorbée. "Nous avons réussi à modéliser l’influence de plusieurs paramètres du milieu, comme la température, détaille Arnaud Chaumot, nous connaissons désormais le niveau de feuilles consommées par un gammare quand il n’y a pas de problème de qualité de l’eau".

Enfin, le cycle de ponte étant régulier chez ce crustacé et sous contrôle hormonal, la perturbation des stades de la reproduction observés chez des femelles exposées de façon synchrone dans le milieu est révélatrice de polluants tels que les perturbateurs endocriniens.

Accueilli par l’incubateur Créalys, le projet fait l’objet de la création d’une start-up, dédiée à la détection des pollutions.

Vers de nouveaux indicateurs

Ce nouveau outil de diagnostic s’inscrit dans la continuité du virage européen amorcé cet été sur la question de l’évaluation de l’état chimique des eaux. La directive européenne adoptée, ajoute 12 produits chimiques à la liste des substances prioritaires et établit leurs normes de qualité environnementale (NQE). Elle révise également certaines NQE existantes.

" Certaines molécules n’ont pas été détectées car elles n’étaient pas cherchées au bon endroit : très hydrophobes, elles ne se retrouvent donc dans les graisses et peu dans l’eau, explique Arnaud Chaumot, la nouvelle directive préconise donc de s’intéresser au biote, c’est à dire l’accumulation dans les êtres vivants pour surveiller ces substances dans nos milieux aquatiques ".

La directive ouvre ainsi la possibilité d’utiliser pour la surveillance notamment les crustacés, les poissons, la classe des céphalopodes ou encore la classe des bivalves (moules et coques).

Dans cette optique, les Etats membres devront présenter à la Commission des programmes de surveillance et de mesures d’ici 2018.

L’évaluation des niveaux seuils à revoir ?

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP