20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Des lycéens explorent les sciences à l’Île-Tudy

Des lycéens explorent les sciences à l’Île-Tudy

Dernière mise à jour le vendredi 17 mai 2013

Article paru
sur le site "Ma ville.com" - 16 Mai 2013
Visualiser l’article original


L’objectif : donner aux jeunes le goût pour les sciences. Une centaine de lycéens côtoient des chercheurs pendant cinq jours. Au programme, conférences, ateliers et jeux.
L’Île-Tudy est le cadre rêvé pour l’immersion scientifique de 91 lycéens de première. La mer à bâbord, la mer à tribord, des rochers, des petites maisons, des ruelles, un joli port. C’est là que le rectorat, la Région et le CNRS ont décidé de reconduire le projet destiné à donner le goût des filières scientifiques à des potaches. Histoire de gommer l’image du chercheur en blouse blanche, plutôt vieux, pas nécessairement rigolo, plutôt dans les chiffres et la lune.

Pierre-Marie Sarradin, d’Ifremer, présent à la conférence de presse, pourrait être l’exemple du chercheur normal. Visage avenant, regard franc, il se plaît à expliquer combien « c’est un plaisir de donner des conférences à des jeunes ».

« Le chercheur, quelqu’un d’à peu près normal »

L’homme est convaincu d’exercer un métier gratifiant, passionnant. Les chercheurs ont la possibilité de publier leurs travaux dans des revues scientifiques. C’est financé par l’État. Donner des conférences au public semble donc être un juste retour des choses pour le chercheur d’Ifremer, spécialisé dans les grands fonds.

« Les étudiants ne savent pas ce qu’est un chercheur. Le chercheur est quelqu’un d’à peu près normal. Il travaille en équipe, avec un ou deux ingénieurs, une ou deux secrétaires. » Une lycéenne confirme.« Mardi soir, on a rencontré l’équipe de l’expédition Tara. C’était concret. Il y avait des jeunes... »

La session bigoudène dure cinq jours. Les élèves, hébergés au Centre nautique, bénéficient d’un programme dense d’activités, de conférences et d’ateliers autour de quatre grands thèmes : les énergies, les océans, la santé et les nanotechnologies (1).

Trente-six intervenants, scientifiques et chercheurs de haut niveau, ont pour mission de présenter concrètement leurs jobs et de leur ouvrir de nouveaux horizons. Car la désaffection des jeunes pour les formations scientifiques est un constat partagé par le Rectorat, la Région et le CNRS. Pour tenter d’inverser la tendance, la Région a investi 40000€ dans ce projet.

Anaïg Le Gars, conseillère régionale, remarque : « L’effet de la crise est là. Avec un bac + 5, on peut ne pas trouver de travail, alors les jeunes s’orientent vers un bac + 2. À nous de leur ouvrir les yeux vers d’autres pistes. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP