20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Des peintures à base d’algues brunes

Des peintures à base d’algues brunes

Dernière mise à jour le samedi 13 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 11 Avril 2013
Visualiser l’article original


Entreprise familiale, Felor fabrique des peintures depuis les années soixante-dix. Face à la recomposition du paysage industriel, la société rennaise a décidé d’investir dans la recherche et le développement pour utiliser des ressources locales. En Bretagne, il en existe une et d’abondance : les algues. Employées dans la cosmétique, l’agro-alimentaire et la papeterie, pour leur pouvoir épaississant et gélifiant, elles sont loin d’avoir montré tout leur potentiel. Le projet de Felor est soutenu par l’Ifremer, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes et le Centre d’études et de valorisation des algues. Cinq ans de recherche ont été nécessaires pour produire Algo, une peinture désormais protégée par un brevet. Elle présente une opacité, une onctuosité et une viscosité qui n’ont rien à envier aux produits traditionnels. « Mais la différence, c’est que la peinture à base d’algues contient 98 % de substances biosourcées », souligne Lionel Bouillon, président de la société.

Déclinée dans les enseignes Bio

En effet, les peintures classiques contiennent 75 % de composés d’origine pétrolière et les peintures à l’eau, 65 %, ce que les utilisateurs ignorent le plus souvent. Autre avantage, Algo sèche en une heure et ne présente pas d’odeurs. Commercialisée depuis le début de l’année, la peinture de Felor intéresse les professionnels du bâtiment et de la décoration qui se montrent « très réceptifs, car les normes européennes deviennent plus strictes vis-à-vis des composés organiques volatiles », reprend Lionel Bouillon. Pour les particuliers, une gamme devrait être déclinée dans les enseignes Bio. Elle devrait coûter 15 % plus cher qu’une peinture traditionnelle mais son pouvoir couvrant est plus important. Partenaire de la marque Bretagne, Felor vient d’ouvrir son capital à Bretagne Jeunes Entreprises, consortium de financiers régionaux qui vont l’aider à poursuivre son programme de recherche et de développement. Le fabricant prépare en effet une gamme équivalente pour l’extérieur et s’apprête à commercialiser une peinture à base de coquilles d’huîtres !

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP