21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > Des peintures à base d’algues brunes

Des peintures à base d’algues brunes

Dernière mise à jour le samedi 13 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 11 Avril 2013
Visualiser l’article original


Entreprise familiale, Felor fabrique des peintures depuis les années soixante-dix. Face à la recomposition du paysage industriel, la société rennaise a décidé d’investir dans la recherche et le développement pour utiliser des ressources locales. En Bretagne, il en existe une et d’abondance : les algues. Employées dans la cosmétique, l’agro-alimentaire et la papeterie, pour leur pouvoir épaississant et gélifiant, elles sont loin d’avoir montré tout leur potentiel. Le projet de Felor est soutenu par l’Ifremer, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes et le Centre d’études et de valorisation des algues. Cinq ans de recherche ont été nécessaires pour produire Algo, une peinture désormais protégée par un brevet. Elle présente une opacité, une onctuosité et une viscosité qui n’ont rien à envier aux produits traditionnels. « Mais la différence, c’est que la peinture à base d’algues contient 98 % de substances biosourcées », souligne Lionel Bouillon, président de la société.

Déclinée dans les enseignes Bio

En effet, les peintures classiques contiennent 75 % de composés d’origine pétrolière et les peintures à l’eau, 65 %, ce que les utilisateurs ignorent le plus souvent. Autre avantage, Algo sèche en une heure et ne présente pas d’odeurs. Commercialisée depuis le début de l’année, la peinture de Felor intéresse les professionnels du bâtiment et de la décoration qui se montrent « très réceptifs, car les normes européennes deviennent plus strictes vis-à-vis des composés organiques volatiles », reprend Lionel Bouillon. Pour les particuliers, une gamme devrait être déclinée dans les enseignes Bio. Elle devrait coûter 15 % plus cher qu’une peinture traditionnelle mais son pouvoir couvrant est plus important. Partenaire de la marque Bretagne, Felor vient d’ouvrir son capital à Bretagne Jeunes Entreprises, consortium de financiers régionaux qui vont l’aider à poursuivre son programme de recherche et de développement. Le fabricant prépare en effet une gamme équivalente pour l’extérieur et s’apprête à commercialiser une peinture à base de coquilles d’huîtres !

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP