20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Des plantes traversent le monde avec les oiseaux

Des plantes traversent le monde avec les oiseaux

Dernière mise à jour le lundi 16 juin 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 12 Juin 2014
Visualiser l’article original



C’est une histoire de fougères, de mousses, de champignons et de petits oiseaux. Depuis longtemps, les scientifiques se demandent comment certaines plantes de la même espèce peuvent migrer en divers endroits du globe séparés par des dizaines de milliers de kilomètres, alors qu’elles ne poussent pas entre ces territoires. Des mousses identifiées dans les régions arctiques ont ainsi été repérées à la pointe sud du continent américain, en Patagonie. Lily Lewis, chercheuse du département d’écologie et de biologie évolutive à l’université du Connecticut (États-Unis), apporte une réponse dans une étude publiée dans PeerJ : elles voyagent grâce aux oiseaux migrateurs.

« On sait que, pour les plantes à graines, des oiseaux permettent par leur déjection une dissémination sur de relativement courtes distances, et certains mammifères les transportent dans leur pelage », raconte le Pr Bernard Goffinet directeur du laboratoire à l’université du Connecticut.

Mais, pour les plantes à spores, les incertitudes étaient plus grandes. « Nos aînés pensaient que leur dispersion était liée à la seule dérive des continents », précise le scientifique. On sait maintenant que le vent et notamment les grands courants aériens peuvent transporter les spores de ces plantes sur de très longues distances. C’est ainsi que, dans les années 1950, un chercheur scandinave a récupéré des spores de plantes tropicales en recueillant de l’eau de pluie ; elles n’avaient toutefois aucune chance de s’épanouir compte tenu des conditions météorologiques.

À l’échelle des millions d’oiseaux migrateurs qui se déplacent chaque année, la probabilité de dispersion à longue distance est très grande.

Mais, dans certains endroits, aucune de ces possibilités n’existe. Pour comprendre le lien entre les mousses arctiques et de Patagonie, Lily Lewis et son équipe ont donc demandé à des ornithologues canadiens de prélever quelques plumes sur le ventre de 23 oiseaux migrateurs de 8 espèces différentes. Sur les plumes de certains, ils n’ont rien trouvé (phalaropes à bec étroit, tourne-pierre, bécasseau variable, bécasseau de Baird ou bécasseau à croupion blanc), mais sur d’autres la récolte a été meilleure, en particulier sur le phalarope roux qui abritait 14 échantillons, les pluviers bronzés (6) et les bécasseaux semi-palmés (3).

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP