18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation
Accueil > Actualités de la mer > Des poissons élevés sur terre pour améliorer leurs chances en mer au large du (...)

Des poissons élevés sur terre pour améliorer leurs chances en mer au large du Barcarès

Dernière mise à jour le samedi 9 novembre 2013

Article paru
sur le site "L’indépendant" - 06 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Des larves sont prélevées en mer et élevées en aquarium, notamment au Barcarès.

La pollution et le bétonnage déciment les minuscules larves de poissons qui s’approchent des côtes méditerranéennes pour grandir. Au nom de la biodiversité, des chercheurs prélèvent en mer les futurs loups et rascasses, les élèvent en aquarium et les relâchent quand ils sont plus costauds. Au Barcarès, dans les P.-O., le Centre de recherches sur les écosystèmes marins (CREM) est l’un des sept sites choisis, de la frontière espagnole à Port-Cros, dans le Var, pour mener à bien le projet Sublimo, d’un coût d’1,9 million d’euros financé pour moitié par le programme européen Life.

Les chercheurs sont partis du constat des hécatombes subies par les larves écloses en mer au moment où elles s’animent pour rejoindre les "nurseries" côtières où elles se développent et deviennent juvéniles. "Les habitats sont dégradés en raison de la pollution de tous les bassins versants et de l’impact physique des aménagements côtiers", explique Philippe Lenfant, spécialiste d’écologie marine et pilote du projet qui associe les Universités de Perpignan et de Corte et le CNRS. A quoi s’ajoutent les effets de la surpêche.

Le paradoxe du loup

La mortalité à ce stade peut aller jusqu’à 99 % et on "a une perte de biodiversité", dit-il. On assiste à un "paradoxe", des prédateurs comme les loups se "font manger par les bas niveaux trophiques", des poissons situés en dessous dans la chaîne alimentaire et qui leur servent d’ordinaire de repas. En raison de la dégradation de leurs nurseries, les jeunes "top prédateurs" dépensent beaucoup d’énergie pour s’alimenter, ne grossissent pas et finissent par être gobés par exemple par les gobies, "espèces opportunistes dotées de capacités d’installation phénoménales". Le projet, lancé fin 2011 et qui doit durer jusqu’en avril 2015, vise à améliorer les connaissances sur les post-larves et faire de la restauration en les élevant à l’abri des prédateurs.

Eviter la boucherie

Les post-larves sont prélevées (2 662 en 2012) grâce à des pièges à lumière. Les lâchers ont commencé à la fin de l’été 2013, au large de Bastia et du Barcarès, dans le parc naturel marin du golfe du Lion. "Mais pas comme ça, sinon ça serait la boucherie",

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP