23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Dernière mise à jour le lundi 29 juillet 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 28 Juillet 2013
Visualiser l’article original


L’objectif de cette semaine de recherche était de faire évoluer pour la première fois ensemble une dizaine d’engins sous-marins capables de communiquer entre eux et de s’adapter à leur environnement. Des prototypes de drones sous-marins ont donc été plongés dans la rade de Toulon, sous les yeux de chercheurs et ingénieurs européens, les yeux rivés sur les écrans de contrôle. Ces robots nont pas de pilote, ni à bord ni à terre. Ils interagissent entre eux grâce à l’intelligence artificielle. Une première mondiale. A terme, ces machines hors du commun devraient pouvoir travailler en commun pour faire de la cartigraphie marine ou de la réparation de plate-forme offshore, des tâches que les robots utilisés par l’Ifremer en France réalisent déjà mais en solo. Les scientifiques espèrent aussi mettre au point des applications industrielles, pour les explorations offshore de gaz, pétrole et ressources naturelles, des outils de surveillance de la qualité de l’eau ou encore de l’archéologie sous-marine. Mais cette technologie, quand elle sera opérationnelle, devrait aussi intéresser les militaires : ils pourront organiser une surveillance en flottille, avec de petits appareils, "plus difficile à déceler, explique-t-on du côté français, et donc moins vulnérable".

Des balbutiements

Les robots doivent donc adopter un comportement coopératif et communiquer entre eux. "Et ça, c’est très difficile", souligne le coordonateur de l’équipe espagnole. Comme les ondes radios ne fonctionnent pas ce sont des ondes soniques, comme celles des dauphins, qui sont actuellement testées. Le problème, c’est que ces ondes sont facilement perturbées par des éléments extérieurs - le passage d’un bateau, par exemple - mais surtout, que le débit est très faible. "C’est comme les modems du tout début de l’informatique", précise le coordinateur de l’équipe espagnole. Le débit maximal est, en effet, environ 100.000 fois inférieur à celui d’une connexion ADSL moyenne. "De quoi envoyer une image" après "plusieurs minutes", s’amuse-t-il. Son équipe, experte en cartographie sous-marine, doit donc trouver des stratégies pour parer cette faiblesse : lors de l’exploration, les robots vont se communiquer entre eux une image très grossière, qui permettra simplement à la flottille de s’adapter à l’environnement en évitant les principaux obstacles.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP