10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon
Accueil > Actualités de la mer > Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Dernière mise à jour le lundi 29 juillet 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 28 Juillet 2013
Visualiser l’article original


L’objectif de cette semaine de recherche était de faire évoluer pour la première fois ensemble une dizaine d’engins sous-marins capables de communiquer entre eux et de s’adapter à leur environnement. Des prototypes de drones sous-marins ont donc été plongés dans la rade de Toulon, sous les yeux de chercheurs et ingénieurs européens, les yeux rivés sur les écrans de contrôle. Ces robots nont pas de pilote, ni à bord ni à terre. Ils interagissent entre eux grâce à l’intelligence artificielle. Une première mondiale. A terme, ces machines hors du commun devraient pouvoir travailler en commun pour faire de la cartigraphie marine ou de la réparation de plate-forme offshore, des tâches que les robots utilisés par l’Ifremer en France réalisent déjà mais en solo. Les scientifiques espèrent aussi mettre au point des applications industrielles, pour les explorations offshore de gaz, pétrole et ressources naturelles, des outils de surveillance de la qualité de l’eau ou encore de l’archéologie sous-marine. Mais cette technologie, quand elle sera opérationnelle, devrait aussi intéresser les militaires : ils pourront organiser une surveillance en flottille, avec de petits appareils, "plus difficile à déceler, explique-t-on du côté français, et donc moins vulnérable".

Des balbutiements

Les robots doivent donc adopter un comportement coopératif et communiquer entre eux. "Et ça, c’est très difficile", souligne le coordonateur de l’équipe espagnole. Comme les ondes radios ne fonctionnent pas ce sont des ondes soniques, comme celles des dauphins, qui sont actuellement testées. Le problème, c’est que ces ondes sont facilement perturbées par des éléments extérieurs - le passage d’un bateau, par exemple - mais surtout, que le débit est très faible. "C’est comme les modems du tout début de l’informatique", précise le coordinateur de l’équipe espagnole. Le débit maximal est, en effet, environ 100.000 fois inférieur à celui d’une connexion ADSL moyenne. "De quoi envoyer une image" après "plusieurs minutes", s’amuse-t-il. Son équipe, experte en cartographie sous-marine, doit donc trouver des stratégies pour parer cette faiblesse : lors de l’exploration, les robots vont se communiquer entre eux une image très grossière, qui permettra simplement à la flottille de s’adapter à l’environnement en évitant les principaux obstacles.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP