20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Des robots sous-marins coopérent grâce à l’intelligence artificielle

Dernière mise à jour le lundi 29 juillet 2013

Article paru
sur le site "Figaro nautisme" - 28 Juillet 2013
Visualiser l’article original


L’objectif de cette semaine de recherche était de faire évoluer pour la première fois ensemble une dizaine d’engins sous-marins capables de communiquer entre eux et de s’adapter à leur environnement. Des prototypes de drones sous-marins ont donc été plongés dans la rade de Toulon, sous les yeux de chercheurs et ingénieurs européens, les yeux rivés sur les écrans de contrôle. Ces robots nont pas de pilote, ni à bord ni à terre. Ils interagissent entre eux grâce à l’intelligence artificielle. Une première mondiale. A terme, ces machines hors du commun devraient pouvoir travailler en commun pour faire de la cartigraphie marine ou de la réparation de plate-forme offshore, des tâches que les robots utilisés par l’Ifremer en France réalisent déjà mais en solo. Les scientifiques espèrent aussi mettre au point des applications industrielles, pour les explorations offshore de gaz, pétrole et ressources naturelles, des outils de surveillance de la qualité de l’eau ou encore de l’archéologie sous-marine. Mais cette technologie, quand elle sera opérationnelle, devrait aussi intéresser les militaires : ils pourront organiser une surveillance en flottille, avec de petits appareils, "plus difficile à déceler, explique-t-on du côté français, et donc moins vulnérable".

Des balbutiements

Les robots doivent donc adopter un comportement coopératif et communiquer entre eux. "Et ça, c’est très difficile", souligne le coordonateur de l’équipe espagnole. Comme les ondes radios ne fonctionnent pas ce sont des ondes soniques, comme celles des dauphins, qui sont actuellement testées. Le problème, c’est que ces ondes sont facilement perturbées par des éléments extérieurs - le passage d’un bateau, par exemple - mais surtout, que le débit est très faible. "C’est comme les modems du tout début de l’informatique", précise le coordinateur de l’équipe espagnole. Le débit maximal est, en effet, environ 100.000 fois inférieur à celui d’une connexion ADSL moyenne. "De quoi envoyer une image" après "plusieurs minutes", s’amuse-t-il. Son équipe, experte en cartographie sous-marine, doit donc trouver des stratégies pour parer cette faiblesse : lors de l’exploration, les robots vont se communiquer entre eux une image très grossière, qui permettra simplement à la flottille de s’adapter à l’environnement en évitant les principaux obstacles.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP