19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Des terres rares au fond des mers

Des terres rares au fond des mers

Dernière mise à jour le lundi 15 octobre 2012

Article paru
sur le site "Le bulletin électronique" - Vendredi 12 octobre octobre 2012
Visualiser l’article original http://www.bulletins-electroniques....


Pour renforcer sa souveraineté dans l’extraction des terres rares, l’Inde s’est lancée dans un programme ambitieux de prospection géologique. Ces minerais sont depuis quelques années au coeur de réflexions et prises de position stratégiques entre les grandes puissances. Aujourd’hui, un nouvel épisode se joue sous le niveau de la mer. Ces métaux difficiles à purifier et à exploiter commercialement, sont utilisés dans l’industrie électronique comme dans certains composants essentiels de la nouvelle économie verte (par exemple : les panneaux photovoltaïques).

Les terres rares sont utilisées dans tous les objets électroniques de notre quotidien
Crédits : wikicommons

L’Inde envisage d’augmenter sa production de terres rares au moment où la Chine qui produit actuellement 95% des terres rares, freine ses exportations. Les Etats-Unis, l’Europe et les autres pays consommateurs de ces minerais accusent la Chine de limiter injustement et illégalement ces échanges afin d’inciter les entreprises étrangères à installer leurs unités de production en Chine. L’Inde voit dans ce conflit une occasion d’augmenter sa production et, pour cela, mise sur la prospection terrestre et marine de ces minerais :

Tout d’abord, une exploitation minière au sud-est de l’Inde, Rare Earths Ltd., rouvrira ses portes après avoir cessé son activité en 2004 à cause de la concurrence chinoise dont la production avait un coût cinq fois moindre. De plus, deux navires de prospection ont été mandatés afin d’estimer les réserves situées dans les fonds marins des eaux territoriales indiennes. C’est plus de 135 millions de dollars qui ont été investis dans un nouveau navire de prospection tandis qu’un deuxième a été entièrement réaménagé pour l’exploration des grands fonds. Pour mener à bien cette opération, le gouvernement indien souhaite impliquer des experts en océanographie mais aussi des ingénieurs du secteur nucléaire, de la recherche spatiale ou de la défense.

Ces réserves marines de terres rares sont abondantes. Pourtant, elles n’ont jamais été exploitées à l’échelle industrielle à cause du coût de production. Aujourd’hui de nombreux pays envisagent cet axe stratégique. Par exemple, la France possédant une Zone Economique Exclusive marine parmi les plus importantes au monde, espère pouvoir, un jour, exploiter les gisements de terres rares situés au large de Wallis-et-Futuna, en Polynésie ou plus généralement dans l’Océan Pacifique.

l’article complet ...}}http://www.bulletins-electroniques....


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP