19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec
Accueil > Actualités de la mer > Des terres rares au fond des mers

Des terres rares au fond des mers

Dernière mise à jour le lundi 15 octobre 2012

Article paru
sur le site "Le bulletin électronique" - Vendredi 12 octobre octobre 2012
Visualiser l’article original http://www.bulletins-electroniques....


Pour renforcer sa souveraineté dans l’extraction des terres rares, l’Inde s’est lancée dans un programme ambitieux de prospection géologique. Ces minerais sont depuis quelques années au coeur de réflexions et prises de position stratégiques entre les grandes puissances. Aujourd’hui, un nouvel épisode se joue sous le niveau de la mer. Ces métaux difficiles à purifier et à exploiter commercialement, sont utilisés dans l’industrie électronique comme dans certains composants essentiels de la nouvelle économie verte (par exemple : les panneaux photovoltaïques).

Les terres rares sont utilisées dans tous les objets électroniques de notre quotidien
Crédits : wikicommons

L’Inde envisage d’augmenter sa production de terres rares au moment où la Chine qui produit actuellement 95% des terres rares, freine ses exportations. Les Etats-Unis, l’Europe et les autres pays consommateurs de ces minerais accusent la Chine de limiter injustement et illégalement ces échanges afin d’inciter les entreprises étrangères à installer leurs unités de production en Chine. L’Inde voit dans ce conflit une occasion d’augmenter sa production et, pour cela, mise sur la prospection terrestre et marine de ces minerais :

Tout d’abord, une exploitation minière au sud-est de l’Inde, Rare Earths Ltd., rouvrira ses portes après avoir cessé son activité en 2004 à cause de la concurrence chinoise dont la production avait un coût cinq fois moindre. De plus, deux navires de prospection ont été mandatés afin d’estimer les réserves situées dans les fonds marins des eaux territoriales indiennes. C’est plus de 135 millions de dollars qui ont été investis dans un nouveau navire de prospection tandis qu’un deuxième a été entièrement réaménagé pour l’exploration des grands fonds. Pour mener à bien cette opération, le gouvernement indien souhaite impliquer des experts en océanographie mais aussi des ingénieurs du secteur nucléaire, de la recherche spatiale ou de la défense.

Ces réserves marines de terres rares sont abondantes. Pourtant, elles n’ont jamais été exploitées à l’échelle industrielle à cause du coût de production. Aujourd’hui de nombreux pays envisagent cet axe stratégique. Par exemple, la France possédant une Zone Economique Exclusive marine parmi les plus importantes au monde, espère pouvoir, un jour, exploiter les gisements de terres rares situés au large de Wallis-et-Futuna, en Polynésie ou plus généralement dans l’Océan Pacifique.

l’article complet ...}}http://www.bulletins-electroniques....


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP