11 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Des tonnes de boues rejetées au large de Deauville

Des tonnes de boues rejetées au large de Deauville

Dernière mise à jour le jeudi 19 avril 2012

Article paru sur le site "Le Parisien" - Lundi 16 Avril 2012
Visualiser l’article original



Des tonnes de boues rejetées au large de Deauville

FRÉDÉRIC MOUCHON

L’association écologiste Robin des bois parle d’une « décharge sous-marine » et les pêcheurs bas-normands craignent à terme une contamination de leur poisson. Les autorités portuaires de Rouen évoquent, elles, une « expérimentation » sous surveillance. Environ 2 millions de mètres cubes de vase et de sable, dragués au fond du port, vont être progressivement immergés cette semaine et jusqu’en janvier 2013 en pleine mer, à 17 km des côtes, entre Houlgate et Deauville.

« Cette expérience consiste à extraire 2 400 000 t de boues de dragage du lit pollué de la Seine et à les déverser en mer au large des planches de Deauville, dénonce le président de Robin des bois, Jacky Bonnemains. Sous l’effet des courants, il y a de forts risques de dispersion des contaminants en mer. »
Sylvain Hauville, le directeur du chenal et des travaux maritimes du port de Rouen, refuse de parler de « boues », affirmant qu’il s’agit de « sédiments de dragage constitués de deux tiers de sable et d’un tiers de vase, analysés en permanence pour s’assurer qu’ils ne sont pas contaminés ». Une fois qu’ils seront envoyés au large à une vingtaine de mètres de fond, le Port autonome mesurera leur impact biologique.

Les pêcheurs craignent la contamination des poissons

Mais l’association Robin des bois s’inquiète du volume de boues relargué en mer. D’après l’ONG, « 2 millions de mètres cubes de boues équivalent au rejet en mer de 33 kg de PCB (polychlorobiphényles) ». « Or il suffit de quelques milliardièmes de gramme de PCB pour rendre un poisson ou un crustacé inconsommable », rappelle Jacky Bonnemains. « Certaines espèces comme le bar, le maquereau ou le rouget risquent d’être impactées par les métaux lourds potentiellement présents dans ces boues, et nous ne sommes pas à l’abri d’interdiction de pêche si l’on trouve des traces de polluants dans les poissons », craint Paul Françoise, le président du comité départemental des pêches du Calvados.

Lire l’article complet sur Le Parisien ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP