21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Eaux conchylicoles en Morbihan : deux zones déclassées

Eaux conchylicoles en Morbihan : deux zones déclassées

Dernière mise à jour le mardi 27 août 2013

Article paru
sur le site "Ouest France entreprises" - 26 Août 2013
Visualiser l’article original


Les professionnels auront eu droit à un sursis de deux mois. À la mi-août, le préfet a pris un arrêté, déclassant de B en C quatre secteurs conchylicoles morbihannais pour les coquillages fouisseurs (palourdes, coques...).

Deux zones sont concernées : la rivière de Pénerf (embouchure, étier de Sainte-Anne...) et celle d’Auray, cette dernière dans son amont seulement (secteur Le Rohello-Kerdréan) et de façon saisonnière (de mai à octobre). De novembre à avril, la zone reste en catégorie B.

Ne sont visés que les coquillages fouisseurs (pas les huîtres). Les professionnels, pour les commercialiser, devront leur faire subir des traitements de purification encore plus contraignants.

« On n’a pas d’élevages de palourdes en rivière de Pénerf, se rassure Philippe Le Gal, ostréiculteur et vice-président du comité régional conchylicole, mais la pêche de loisir sera pénalisée. Ça ne change pas grand-chose non plus pour les pêcheurs à pied professionnels de la rivière d’Auray : la période de pêche ne se situe pas dans le créneau déclassé. »

Le suivi de la qualité microbiologique de ces deux zones, effectué mensuellement par les autorités sanitaires (Ifremer...), comme dans d’autres secteurs du littoral morbihannais, a montré qu’elles subissaient une dégradation assez prononcée. « Contrairement au secteur Blavet-Aval qui s’améliore et passe de C à B pour les coquillages fouisseurs », se réjouit Jean-Luc Veille, délégué départemental à la mer et au littoral.
Pas de bouleversement

Le nouveau classement ne modifie qu’à la marge la physionomie sanitaire du littoral morbihannais. Le golfe du Morbihan reste classé en A. Les rivières de Saint-Philibert, Crac’h, Noyalo, la ria d’Étel et la baie de Vilaine... sont épargnées. « Le classement sanitaire des zones conchylicoles prend en compte les prélèvements effectués dans les trois dernières années, précise Jean-Luc Veille. Ne donnons pas dans le catastrophisme. Mais les normes se faisant plus strictes, du fait de l’abaissement des seuils, un déclassement devient automatique. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP